Categories
Corps spirituel

Et si on arrêtait le développement personnel pour entrer dans la connaissance de soi ?

Apprends à vouloir que les choses arrivent exactement comme elles arrivent.

Epictète

Qu’est-ce que le développement personnel ?

C’est vivre le quotidien en agissant avec ce que te dicte ton cœur.

Ce qui est essentiel pour s’éveiller.

Savoir pourquoi et pour quoi on fait les choses ?

Est-ce avec la pureté de nos intentions ou dans une attente de quelque chose ?

C’est aussi avec ce regard intérieur de connaissance de soi, de comprendre dans chaque situation ce qui est vraiment et quelle est la leçon à en tirer.

Ce que la vie nous apprend au-delà des illusions de notre mental.

« Je me concentre sur mes actions et laisse les divagations de mon mental se raconter ses histoires qui n’ont rien à voir avec moi. »[1] 

Le mental pense, interprète, brode et vit dans la peur et le pessimisme.

La conscience (notre princesse intérieure) agit, résonne, dans le concret sans illusion ni peur, avec joie, enthousiasme, confiance, amour et envie de donner et partager en toute innocence. [2]

On ne sait pas le retour de nos actions, ce qui est important est déjà d’agir avec son cœur conscient et l’intention pure de son cœur.

C’est-à-dire je sais pourquoi je fais ceci et cela.

Sortir de nos croyances et convictions

S’ouvrir à un nouveau regard, et à une nouvelle conception de sa façon de vivre. (Atelier : sortir de ses imprégnations)

Un jour un formateur m’a dit [3] :

« Nos défauts, ne sont que le reflet de nos qualités mal exploitées, surtout quand ils sont faciles à mettre en œuvre car nous sommes complètement naturels. »

C’est permettre de sortir de son sommeil automatique qui fait vivre dans une routine endormie pour enfin devenir vivant en découvrant, les illusions, les doutes, les croyances, les ombres et ceci avant de finir complètement éteint et malade.

« C’est devenir le maître de son futur et non plus l’esclave de son passé ». [1]

Demain se bâtit aujourd’hui et deviendra notre hier.

L’énergie de chaque jour conditionne donc notre avenir et notre passé puisque le demain d’aujourd’hui sera l’aujourd’hui d’hier.

« Changer notre cartographie mentale » [2], revoir où nous nous situons, où nous emmène nos illusions et retracer son propre itinéraire, conduit par notre cœur de princesse permet de changer ce que nous vivons et notre » rapport à la vie et au temps.  » [1]

Tout notre vécu aura donc la couleur de notre état d’esprit.

Couleur qui se répercutera sur notre santé mentale (optimiste ou pessimiste), sur nos émotions (agréables ou désagréables), sur notre corps (tension ou détente).

À chacun-e de faire ce choix de passer du développement personnel à la connaissance de Soi.

Et la connaissance de Soi ?

 » Comment je décide de vivre aujourd’hui ? »

« La victoire sur soi-même n’est pas là où on croit (croyance), mais là on croït (croissance) » [2]

La tâche peut paraître ardu, c’est un chemin qui demande de se découvrir intérieurement, d’aller visiter la cave de notre inconscient et d’y affronter les monstres et les araignées.

Et enfin y trouver ce trésor infini qui nous fait rayonner d’amour et de joie.

Accueillir toutes ses noirceurs que l’on n’aime pas de soi, de leur faire les poussières pour en sortir le potentiel caché.

« Parce que la vie nous en fait voir de toutes les couleurs c’est aussi pour nous révéler l’arc-en-ciel de la grâce. » [2]

Parfois, il est des moments ou des situations des instants  » il vaut mieux les laisser passer et ne pas les retenir » [2]

Retenir nos noirceurs à l’intérieur, c’est amener la douleur.

Par contre, ces moments à laisser passer, si on en tire le sens et la leçon de vie à comprendre, ce qui en restera sera de l’amour et de l’éveil de soi.

Rester centré sur ce qui nous anime, ce qui nous rend vivant, vibrant et heureux à l’intérieur, ce que l’on bâtit et construit jour après jour, pour vivre avec la joie au cœur, c’est cela qui nous fait grandir en conscience et en connaissance de soi.

Et aborder chaque situation de la vie avec des » pourquoi pas » , au lieu « des a quoi bon »[2]. Afin de voir la beauté et les opportunités de la vie.

On peut voir un accident de deux façons au moins.

Vous partez en vacances ravie de faire pleins de choses, mais avec peu  d’espace de rien. Intérieurement votre cœur, lui veut cet espace de rien et de repos.

Vous êtes dans l’action et l’exercice physique. Vous arrivez devant une tyrolienne avec enthousiasme, mais tout votre corps et votre cœur réagissent (crispations, accélération cardiaque, tremblements, sensation d’entendre une voie qui dit « n’y va pas » !), alors que vous êtes habitué à l’exercice. C’est très fort comme sensation. Mais votre ego et votre mental ne cèdent pas et n’écoutent pas.

Et vous y allez.

Résultat ; vous finissez dans la paroi rocheuse à pleine vitesse. Vous constatez une erreur technique de votre part et un manque de sécurisation de l’arrivée…Toutefois le constat est là : Vous êtes blessé-e.

Et c’est là que l’état d’esprit pour aborder cette situation change tout, en fonction de la connaissance que l’on a de Soi.

Option 1 : Cet accident vous permet d’enfin vous poser et d’avoir cet espace de rien souhaité.

Du coup comme vous en avez conscience cet accident a été plus une aubaine qu’un malheur.

Option 2 : Cet accident est une catastrophe et vous considérez que vos vacances sont finies et complètement foutues.

L’option 1, vous permettra de finir vos vacances sereinement en profitant du moment présent, avec les contraintes des béquilles…Mais d’avoir le temps de vous poser.

L’option 2, vous mettra le moral à zéro et vous rentrerez de vacances aussi fatigué-e et mal en point qu’avant de partir.

 » il est bon parfois d’être sur le point de mourir de soif pour redécouvrir le goût de l’eau et le chant des sources. » [2]

La différence entre le développement personnel et la connaissance de Soi. [5]

« Cette connaissance de soi n’est rien d’autre qu’une spiritualité basée sur le réel. »

La spiritualité étant tout ce qui est réel sans être matériel. 

  • Comme l’imagination indispensable pour se mettre en action. 
  • Comme nos ressentis et ce que l’on met en action en fonction de ses ressentis. 
  • Comme l’expérience concrète en étant auteur et acteur de sa vie. 

Auteur et acteur impliquant une hygiène de vie basée sur vos valeurs et non sur vos croyances. 

  • Une expérimentation avec vos sens. 
  • Une sortie du mode automatique et des dogmes imposés. 
  • De revoir sa nourriture intérieure aussi bien sur le plan alimentaire, que sur celui de vos pensées ou de vos émotions, en fonction de ce qui est juste pour votre corps physique, votre corps émotionnel et votre corps mental et de sentir ainsi votre conscience rayonnante. 

« La connaissance de soi c’est Vivre sa spiritualité au quotidien dans l’exploration de sa réelle nature, en passant par ses sens, son imagination, ce qui est agréable ou désagréable pour soi. » [5]

La connaissance de Soi au-delà du développement personnel, c’est s’aligner avec ce que l’on pense, ce que l’on dit, ce que l’on fait, en rapport avec ce que l’on est intérieurement à l’instant. 

Ce qui en donne la mesure c’est de se sentir en paix. 

Cette sensation de paix étant le curseur de votre éveil. 

C’est écrire chaque jour ce que l’on veut sur la page blanche de sa vie. 

En choisissant la couleur que l’on veut y donner. 

Joie ou plainte, positive ou négative, agréable ou désagréable, et la pépite qui est l’agréable dans le désagréable. 

L’énergie qui va faire rayonner cette paix intérieure quelle que soit ce qui nous arrive en soi même si c’est une situation désagréable, est la gratitude car elle nous fait progresser et vivre heureux. 

Toute difficulté étant une opportunité à transformer à améliorer et à renaître en soi. 

Vivre dans la connaissance de Soi au-delà du développement personnel

La connaissance de soi est donc un état d’être, en harmonie avec soi, son environnement, ses valeurs.

Accepter le réel pour tout ce qu’il est sur la planète. 

Rien n’est bien ou mal juste ce qui est.

Pourquoi on fait ceci ou cela ? pourquoi on veut ceci ou cela ? Et surtout qu’est-ce qu’on fait de ceci ou cela dans ce qui nous arrive ?

Passer de la douleur à la connaissance de soi c’est entrer dans le paradigme :

« Rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme. » [6] 

Conclusion :

Le développement personnel n’est donc rien d’autre que cette connaissance de tout ce que la vie a présentée.

Ce que cela a généré en soi comme déséquilibre et de comprendre enfin, que ce déséquilibre n’est ni bien, ni mal, mais juste à réparer en le comprenant, en apprenant à se connaitre et surtout se reconnaitre dans ses fonctionnements.

 » pourquoi je veux ceci ou cela ? » 

Certes cela semble facile toutefois c’est un chemin de vie qu’il nous appartient de créer, telle une œuvre d’art. 

Révéler cette partie qui nous illumine en veillant à éclairer ce qui nous ronge pour s’en libérer.

Et quand ce feu intérieur peut reprendre sa brillance, en étant bien ancré dans la vie, c’est-à-dire en veillant à sa santé physique, émotionnelle, mentale, et consciente, en décodant les choses au-delà des apparences, alors la vie devient un terrain de jeu où notre gratitude, peut aussi s’exprimer, quand les situations sont désagréables ou dramatiques.

« S’ajuster chaque jour qui vient, trouver la juste mesure dans la coïncidence, qui entre en résonance, avec cette aube nouvelle de notre vibration intérieure, et dans l’imprévisible Aurore, vivre le juste rythme de notre éveil » [4]

[1] Dan Millman : le guerrier pacifique
[2] François Garagnon : Jade et les sacrés mystères de la vie
[3] Jean Jacques Crévecoeur : Prenez soin de vous, n’attendez pas que les autres le fassent.
[4] Corinne Allemoz : Auteur de cet article et de ce site
[5] Mika Denissot : Sould in the mind (site)
[6] Lavoisier
Categories
Corps émotionnel Corps psychique

Quelles sont les habitudes sournoises qui augmentent le stress et les troubles anxieux ?

« Même si tu avances lentement, tu es toujours plus rapide que celle qui reste sur son canapé. »

Inconnu

Le stress et l’anxiété peuvent trouver leur cause dans la sédentarité.

La sédentarité, concerne plus de 70% de la population qui passe plus de huit heures assis chaque jour.

Et 95% des Français seraient menacé par une vie trop sédentaire.

Avec l’augmentation du télétravail et donc des temps de transports en moins, la sédentarité ne va que croitre au fil du temps avec toutes les conséquences sur la santé.

Un mode de vie sédentaire :

La sédentarité n’a jamais été synonyme de bonne santé.

On sait depuis longtemps que le manque d’activité physique augmente le risque d’obésité, de surpoids et de maladies cardiovasculaires.

Mais il n’y a pas que ça.

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’université de l’Iowa, ne pas bouger entraîne aussi des troubles anxieux et dépressifs.

Des spécialistes ont analysé comment l’activité physique et les comportements sédentaires sont liés à la santé mentale et comment leurs changements influencent la façon dont les gens pensent, ressentent et perçoivent le monde. Et les résultats sont éloquents…

Santé mentale :

Le manque d’activité physique augmente les risques de dépression.

Comme nous l’explique le docteur Tchaïkovski, « la sédentarité favorise la survenue de troubles du sommeil mais aussi de dépression ou d’anxiété »

Le télétravail réduit encore l’activité physique de 32% ce qui tend à accroitre le stress, l’anxiété et les dépressions.

Rester assis·e, une habitude sournoise :

L’explication, selon les auteurs de la recherche, est qu’un mode de vie sédentaire réduit la production d’endorphines, les hormones responsables du bien-être général, qui aident à réduire la fatigue, l’irritabilité et à améliorer l’humeur des gens

Des solutions simples :

Une méta-analyse portant sur 40 études indique que l’activité physique régulière favorise une meilleure gestion du stress et une diminution de l’anxiété. Les personnes régulièrement actives physiquement tolèrent mieux le stress quotidien que les personnes moins actives.

J’ai pu faire ce constat moi-même lors du confinement, où le fait de ne pouvoir bouger à ma guise avait fait augmenter une nervosité depuis longtemps disparue dans ma vie.

Pour pallier à cet état, j’avais donc mis en place une séance de course à pied quotidienne autour de chez moi, en plus des séances d’étirements et de relaxation.

Si vous travaillez assis-e :

  • Toutes les heures (en mettant un minuteur), levez-vous, étirez-vous et marchez en sautant sur place.
  • Buvez régulièrement
  • Si vous le pouvez allez prendre l’air à la fenêtre où faites comme les fumeurs, allez, vous aérer !! Et oui, le fait de fumer oblige à bouger, … Alors si heureusement vous ne fumez pas, allez, vous aussi prendre l’air.
  • A cela, bien sûr, ajoutez une à deux séances de sport par semaine qui mette votre corps en mouvement.

Conclusion :

En cas de vie sédentaire et quelque soit votre vie (travail, domicile, retraite), penser à bouger, à s’aérer et s’hydrater améliorera sensiblement les troubles de l’humeur, le stress et l’anxiété.

https://www.grazia.fr/lifestyle/sport/teletravail-voici-combien-de-temps-vous-devriez-faire-du-sport-par-jour-pour-rester-en-bonne-sante-selon-les-scientifiques-94538.html#item=1
https://www.marieclaire.fr/sedentarite-dangers-sante,1365080.asp#:~:text=Les%20cons%C3%A9quences%20de%20l’inactivit%C3%A9,d%C3%A9pression%20ou%20d’anxi%C3%A9t%C3%A9%22.
https://blogue.physioextra.ca/fr/les-bienfaits-de-lexercice-sur-la-sante-mentale
https://www.limousin-sport-sante.fr/L-ACTIVITE-PHYSIQUE-et-LA-SEDENTARITE

Categories
Corps psychique Corps spirituel

Octobre Rose : Et si on agissait avant la survenue du cancer ?

« Préserve ton corps, c’est ton vaisseau, ton vaisseau pour naviguer sur le fleuve de la vie. »

Citation de Maxalexis ; Le fleuve de la vie (2014)

Octobre Rose

Tous les ans octobre prend la couleur rose afin de lutter contre le cancer du sein.

Au cours de mes 30 ans de carrière en tant que manipulatrice en radiologie médicale, j’ai eu l’occasion de réaliser environ 1000 mammographies. 

Pour chacune d’elle il y avait un questionnaire fait aux patientes. 

Au fil des années et avec mon intérêt pour les médecines alternatives et holistiques, j’ai pris le temps de poser quelques questions supplémentaires et de tenir (pour moi), des statistiques sur les liens entre le développement des cancers du sein et l’histoire de vie des patientes.

Ce que j’ai constaté, c’est le lien dans 85 à 90% du temps entre un choc émotionnel et la découverte du cancer.

Ces chocs contrairement à ce que l’on pourrait croire n’étaient pas nécessairement des événements de vie désagréable. 

J’ai certes relevé :

  • les divorces,
  • deuil du conjoint,
  • départ des enfants ou
  • maladie d’un enfant ou petit enfant. 
  • Mais aussi le fait de marier sa fille ou de devenir grand-mère.

Pourquoi certaines personnes dans ces situations développent un cancer et pas d’autres ?

Je ne saurais répondre à cette question qui reste aussi sans réponse de la part de la médecine. 

Par contre, le progrès est justement l’acceptation sur le plan médical de la cause émotionnelle qui a pendant très longtemps été rejetée. 

Cette cause peut aussi remontée à l’histoire de la petite enfance et dans le lien mère/enfant… C’est ce qui ressort des personnes présentant un cancer du sein et venues faire un suivi en plus de leurs soins médicaux. 

Important de libérer ces chocs qui ont créés une empreinte dans les cellules et qui active à plus ou moins long terme la « mal à dit ». 

Que nous dit le décodage biologique ? [1]

Grand stress pour l’intégrité du nid (foyer) en rapport avec les enfants ou le conjoint en fonction du côté.

Au sens figuré, le sein est le cœur, la partie intérieure et intime d’une chose. Le nid du petit.

Il représente la chaleur, l’affection, l’amour maternel.

Les pathologies des seins touchent prioritairement les mamans « super women » pour leurs enfants en voulant tout leur donner pour être une parfaite bonne mère.

Apparait quand le lâcher prise s’opère.

et la bioanalogie ? [2]

La fonction première du sein est de nourrir la descendance.

La peur et le stress envers ses enfants entraine un stress qui augmente la masse pour mieux nourrir.

En fonction de la localisation :

  • Invitation à intégrer que ce n’est pas ce que je FAIS pour mes enfants qui est nourrissant, mais de ce que je SUIS.
  • Invitation à cesser de vouloir un lien pour « nourri » l’autre.

Ce qui veut dire que le cancer survient APRES que le choc ou le comportement s’arrête. D’où l’intérêt de comprendre et de libérer émotionnellement pour éviter ce déclenchement.

Quelles autres causes possibles sont explorées en naturopathie ?

Sur le plan physique :

Les cycles menstruels, eux même en lien avec les émotions mais également l’alimentation. 

Le fait d’avoir pris un contraceptif oral très jeune. Ce qui est le cas des femmes qui avaient 16 ou 17 ans dans les années 80, où l’amour libre était associée à cette liberté de la femme sans risque de grossesse. 

Sur le plan émotionnel :

Les chocs en rapport avec la maternité et le couple. Et le lien entre la mère et l’enfant. Donc en tant qu’enfant (séquelle de traumatisme) ou en tant que mère (en rapport avec son ou ses enfants).

Quels aliments éviter quand on souffre d’un cancer du sein ?

Lorsqu’un cancer du sein est là où que les cycles sont perturbés, il est important de faire attention à tous les aliments pouvant augmenter les troubles. 

Aliments dit œstrogènes like. 

  • Comme le soja,
  • les graines de lins,
  • ou la sauge. 

Conclusion :

S’occuper de Soi, comprendre ses fonctionnements, sortir des traumatismes de vie de son histoire personnelle, arrêter de reproduire toujours les mêmes comportements, vivre enfin en paix à l’intérieur et la joie au cœur.

C’est le chemin que j’ai décidé de suivre AVANT de sombrer dans une maladie au delà des douleurs chroniques (physiques et émotionnelles) que je supportais depuis de longues années.

Le fruit de cette expérience de vie, des formations que j’ai suivi me permet aujourd’hui de vous apporter cette aide que j’ai reçu.

Et même si la « mal à dit » est là, il n’est pas trop tard pour entamer le chemin du mieux être.


Voilà bon octobre rose et toute ma compassion à vous toutes, femmes qui avez traversé ou qui traversez cette épreuve de vie.


Souhaitant que cet article vous ait aidé d’une certaine façon.

[1] : Biodico de Bernard Tihon – [2] : Bioanalogie de Jean Philippe Brébion
Categories
Atelier en présentiel

Détendre votre corps afin d’apaiser votre mental et votre stress : saison 2022-2023

Se connecter à son corps et libérer ses tensions

Le corps est un tout.

« Changer ses habitudes corporelles modifie profondément le psychisme. »

Dr L.Ehrenfield.

                                                                 

Détendre le corps pour apaiser le mental, comment y arriver au quotidien ?

La santé passe par le(s) corps.

Développer sa conscience corporelle et se connecter à son corps améliore la santé tant physique, qu’émotionnelle ou mental.

Grâce à des techniques issues du tai chi, de Moshe Feldenkrais ou Françoise Mézière, je vous propose d’explorer votre corps afin de vivre avec sérénité et santé dans un corps apaisé.

Qu’est ce qu’apporte le fait d’avoir conscience de ses tensions ?

  • Détendre son corps dans toutes les situations de stress ce qui évite les décharges de toxines (adrénaline – cortisol). Un corps heureux génère des émotions heureuses.
  • Améliorer et de retrouver le sommeil. La détente apaise le mental et amène le sommeil plus facilement.
  • Soulager et voir disparaitre les douleurs articulaires dues aux traumatismes, au stress, ou aux douleurs chroniques.
  • Améliorer les performances sportives par l’approfondissement de son schéma et de sa conscience corporelle.
  • Gagner de l’énergie et l’économiser au quotidien.

Découvrez votre corps et ses messages.

Je me suis rendu compte que même quand on se croit détendu, il y a des parties de notre corps qui ne lâchent pas.

Les exercices proposés vous apprendront à vivre en harmonie avec votre corps en reconnectant soma (corps) et psyché (mental).

Grâce à des exercices corporels sensoriels et ludiques nous explorerons les sensations de votre corps, vous apprendrez à ressentir et lâcher ces tensions pour les vivre en pleine conscience.

Vous apprendrez au fil des séances :

  • Des pratiques simples à reproduire au quotidien afin de garder cette détente.
  • A relâcher vos tensions, libérer vos contractures, améliorer votre respiration, retrouver votre souplesse articulaire.
  • Comprendre les mécanismes de votre corps et garder cette conscience dans votre vie quotidienne pour améliorer votre santé.

Conseils pratiques : 

  • Il est recommandé de venir avec des vêtements confortables.
  • 1 bouteille d’eau ou boisson chaude.
  • 1 tapis de sol – 1 coussin de tête – 1 couverture

Modalités :

  • Atelier de 1h30 de 18h30 à 20h
  • 1er atelier d’essai possible avant inscription.
  • Possibilité de s’inscrire à l’année ou au trimestre

10 personnes seulement

Dates et lieu :

Atelier d’essai : Jeudi 22 septembre de 18h30 à 20h (20€)

Adresse : Salle Dacheville 137 rue Jean Jaures 93450 COUBRON

Ateliers dans le cadre de l’association rester debout -Equilibre et bien être dont je suis l’animatrice.

Dates :

  • Jeudi 22 septembre 2022
  • Jeudi 13 octobre 2022
  • Jeudi 24 novembre 2022
  • Jeudi 15 Décembre 2022
  • Jeudi 19 janvier 2023
  • Jeudi 9 février 2023
  • Jeudi 30 mars 2023
  • Jeudi 13 avril 2023
  • Jeudi 11 mai 2023
  • Jeudi 8 juin 2023

Le programme :

  • Atelier 1 : Approche de la détente globale
  • Atelier 2 : Emotions et tensions
  • Atelier 3 : Verticalité—Comparaison haut /bas
  • Atelier 4 : Libération du diaphragme.
  • Atelier 5 : Respiration en 3 temps
  • Atelier 6 : Des épaules détendues
  • Atelier 7 : Libération du bassin
  • Atelier 8 :  Libération des hanches
  • Atelier 9 : Souplesse du périnée
  • Atelier 10 : Le mouvement en conscience

Tarifs :

  • Abonnement annuel : 150 Euros soit 15 euros la séance
  • Abonnement au trimestre : 72€ 1er trimestre et 54€ 2e et 3e trimestre soit 18 euros la séance
  • Abonnement à l’atelier : 20 Euros

Inscriptions

Par téléphone : 07.88.25.94.68

Par mail : allemoz.corinne@gmail.com

Important :

Je réserve cet atelier pour 10 personnes seulement. Je prendrais les inscriptions par ordre d’arrivée. Si vous souhaitez y participer, inscrivez vous les premiers.

Categories
Alimentation Corps émotionnel

Sucre et addiction

Trop de colle ne colle plus, trop de sucre n’adoucit plus.

Proverbe chinois

En 30 ans la consommation de sucre a augmenté de 46 % dans le monde.

Qu’est-ce qui nous fait consommer autant de sucre ?

Le sucre est tout d’abord associé au plaisir gustatif.

Avec la chasse au gras dans les années 80 pour lutter contre le développement des maladies cardio-vasculaires, les produits se sont allégés en gras mais enrichi en sucre.

Il s’en est suivie une explosion de l’obésité

Le sucre est-il vraiment aussi addictif que la cocaïne ?

Et bien oui, il agit sur les mêmes circuits notamment ceux de la sécrétion de dopamine.

La dopamine stimule le circuit de la récompense et donc du plaisir.

Notre cerveau est friand de dopamine pour son bon fonctionnement.

Il cherche donc toutes les solutions pour en obtenir et manger plaisir en est une.

Quand nous consommons trop de sucre nous entraînons un dérèglement de la sécrétion de dopamine.

Ce qui a pour résultat, la résistance à la leptine (hormone de la satiété) et à l’insuline. 

Quand nous mangeons normalement, la leptine provoque un arrêt de la dopamine.

Ce qui amène une satiété, donc moins envie de continuer à manger un aliment qui nous ferait plaisir. 

Or le sucre prend le contrôle de ce système de récompense et cela peut se traduire par des envies irrépressibles de produits sucrés. 

Chez les enfants obèses il a été constater que leur système de récompense alimentaire est plus développé ce qui les prédisposerait à ressentir de fortes envies de sucre. 

Une autre hormone entre en jeu dans les mécanismes d’addiction au sucre, c’est la sérotonine. 

Cette hormone améliore le moral et la consommation de sucre stimule la production de sérotonine ce qui contribue à la sensation de bien-être. 

Cela amène une meilleure énergie, nous rend plus sociable et moins triste. 

Notre cerveau et notre corps ont besoin de glucose le carburant, et la sensation de plaisir nous amène à le rechercher. 

C’est un mécanisme de survie.

Quelle est l’influence du sucre sur le contrôle de l’appétit ? 

L’excès de fructose que l’on trouve dans les sodas peut créer indirectement une résistance à la leptine hormone de satiété. 

Le fructose est également le sucre des fruits.

Toutefois quand nous consommons des fruits entiers, la sécrétion de leptine se fait normalement. 

Il faut comprendre que le sucre et les corps gras sont moins rassasiant que les protéines et les fibres.

Or ces dernières sont plus présentes dans les vrais aliment peu transformés.

Alors que les sucres et matières grasses se retrouvent en grande quantité dans les produits industriel ou soda. 

Nous avons tous remarqué que nous pouvons manger des bonbons ou des chips sans pouvoir s’arrêter même si l’on n’a plus faim. 

Conclusion :

Plus nous consommons une alimentation vraie et naturelle, non transformée, moins l’envie de manger sucré s’impose et par conséquent moins le risque d’addiction arrive. 

Si malgré une alimentation équilibrée, naturelle et variée, une addiction au sucre s’installe, il est important de chercher quelle en est la source émotionnelle. 

Réf Anthony fardet :  ingénieur agronome spécialisé dans la science des aliments et la nutrition.
Categories
Corps émotionnel Thérapies alternatives

Fleurs de Bach et Emotions

L’âme souhaite jouer sa symphonie sur le clavier d’un piano, mais constate que ce dernier est désaccordé. Les élixirs floraux sont des accordeurs de piano.

Edward Bach

Dans la pratique de la naturopathie, l’objectif est de trouver les causes des déséquilibres…Et de les ramener à l’équilibre.

Dans ces conditions, il est donc parfois nécessaire quand ces causes sont d’origines émotionnelles ou traumatiques de pouvoir le faire rapidement. Les Fleurs de Bach sont une des possibilités pour aider à cet équilibre.

Pour rappel nos émotions sont classées en 4 grandes classes :

  • Peur
  • Colère
  • Joie
  • Tristesse.

Les deux premières sont en rapport avec nos instincts de survie.

Les deux suivantes expriment la vie en nous.

Face à une situation émotionnelle perturbante, et qu’il est difficile de se remettre à l’équilibre, un atout est l’utilisation des Fleurs de Bach.

C’est ainsi que j’ai eu le bonheur de me former de façon approfondie (au-delà des cours reçus en naturopathie) il y a 4 ans et d’explorer l’art de ces fleurs depuis.

Mais avant de les développer, revenons à son créateur.

Histoire des fleurs : [1]

Elles ont été mises au point par le Docteur Edward Bach qui bien qu’homme de sciences fût un grand sensitif ce qui le complétait merveilleusement pour aider ses patients.

De fait, il concevait la médecine, comme la nature de manière simple et exempt de remède nocif.

Il cherchait donc de quoi soulager autant le corps que l’esprit, car il ne dissociait pas le corps du mental, convaincu que : « toute maladie avait sa source dans le psychisme. »

En conséquence, il reprochait d’ailleurs à la médecine de se concentrer sur la maladie et de négliger la personnalité du malade, en appliquant à tous ceux qui souffraient du même mal, le même traitement, ce qui réussissait à l’un et échouait chez l’autre.

Et ceci en raison de l’histoire de chacun-e, puisque chacun-e est unique.

De plus, ceci avait pour résultat de soulager le symptôme sans résoudre le mal en profondeur.

Bactériologiste puis homéopathe, il avait établi le rapport étroit entre la maladie chronique et l’intoxication intestinale.

C’est ainsi qu’il mit en évidence 7 groupes de bacilles (bactéries) et par observation les mis en correspondance avec 7 types de personnalités humaines différentes en fonction de l’expression du visage, du comportement, des dispositions mentales etc…

Plus tard, il explore ensuite l’utilisation des plantes et uniquement les non toxiques.

Grâce à son intuition très développée et selon ses dires [2] ; il sentait la vibration des fleurs dans la paume de sa main, ainsi que ses propriétés et son effet sur le corps.

Edward Bach découvrit ainsi les 38 fleurs qui correspondent à 38 états d’esprits négatifs courants chez l’homme.

En raison d’une maladie, il mourut peu de temps après la découverte de ses fleurs. Il avait 50 ans et était dans une certaine pauvreté, ne demandant pas d’honoraire à ses patients.

Préparation des fleurs :

Il existe 2 méthodes pour préparer les fleurs.

Méthode au soleil :

Les fleurs sont mises dans de l’eau et laissées au soleil. Puis l’eau est filtrée et mélangée à du Brandy pour la conservation.

Méthode par ébullition :

Les fleurs sont mises à bouillir dans de l’eau puis quand le liquide est refroidi, il est mis en bouteille avec de l’eau de vie.

Je préfère la 1ère méthode qui préserve le vibratoire de la plante et sera amplifié par l’action du soleil.

Les fleurs et leurs caractéristiques :[1]

Les 38 fleurs sont classées dans 7 familles en fonction des émotions.

Le nom des fleurs est en Anglais, ainsi nommées par Edward Bach.

1ère famille : La peur

Il existe différentes sortent de peurs. Edward Bach a donc déterminé une fleur spécifique selon la sorte de peur. En voici un résumé :

  • Rock Rose : La fleur de la peur dans une situation, avec grande frayeur : accident – annonce d’une maladie etc…
  • Mimulus : Peur de tout ce qui peut arriver de mauvais dans sa vie. Donc des peurs identifiées dans la vie courante.
  • Cherry plum : Peur de perdre la raison par surmenage.
  • Aspen : peur vague, non identifiée mais qui angoisse sans raison apparente.

2ème Famille : L’incertitude

Dans cette famille, le manque de confiance en soi, l’incertitude d’être capable de… ou d’y arriver, l’indécision ont été regroupées. En voici un résumé :

  • Cerato : Manque de confiance pour passer à l’action.
  • Scleranthus : Indécision entre deux choses. Vertiges
  • Gorse : pour la grande désespérance en la vie
  • Hornbeam : manque de force pour porter le fardeau.
  • Wild oat : indécision de son avenir

3ème famille : Pas assez d’intérêt dans le présent

Dans cette famille, on trouve le manque de connexion à la réalité, la fuite intérieure, vie dans le passé. En voici un résumé :

  • Clématis : pour les rêveurs ou endormis, sans interet pour la vie.
  • Honeysuckle : vécu dans la nostalgie du passé
  • Wild rose : résignation et fatalisme du vécu et glisse dans la vie sans bouger.
  • Olive : épuisé par la souffrance et ne peut plus avancer
  • White Chestnut : rumination permanente et négatives
  • Mustard : mélancolie et désespoir dans raison.
  • Chestnut Bud : Va d’échec en échec sans se remettre en cause par schémas répétitifs.

4ème famille : La solitude

Qu’elle soit subie ou volontaire. En voici un résumé :

  • Water violet : Introverti, enfermé tranquille dans sa tour.
  • Impatiens : difficulté à tolérer les lenteurs et préfère travailler seul.
  • Heather : ne supporte pas la solitude et toujours en recherche de quelqu’un pour ne pas être seul.

5ème famille : Hypersensibilité

Aux pensées, aux influences, aux idées. En voici un résumé :

  • Agrimony : Cache sa sensibilité derrière le masque du jovial
  • Centaury : Impossibilité de dire non.
  • Walnut : influençable aux opinions extérieures aux dépens des siennes
  • Holly : Jalousie – suspicion – désir de vengeance

6ème famille : Abattement – Désespoir

Dans cette famille on va retrouver : La déprime, la dépression, le mal être existentiel. En voici un résumé :

  • Larch : auto dévalorisation et procrastination.
  • Pine : Auto-critique et recherche de perfection jamais satisfaite.
  • Elm : déprime par excès de charge à faire.
  • Sweet Chestnut : Angoisse insupportable
  • Star of Bethlehem : grande détresse en cas de choc émotionnel important.
  • Willow : Plainte intérieure permanente.
  • Oak : Guerrier-e qui va au bout du bout de l’effort
  • Crab apple : recherche de purification par anxiété.

7ème Famille : Souci excessif du bien-être d’autrui

Cette dernière famille va retrouver tous les sauveurs qui ne peuvent se retenir de vouloir aider…Même quand on ne leur a pas demandé.

  • Chicory : Dépendance affective avec soin exagéré aux autres.
  • Vervain : souci de convaincre que leurs idées sont les meilleures.
  • Vine : Sure de Soi et pense que les autres devraient faire comme eux.
  • Beech : Intolérance à l’injustice et ce qui est mal avec souci de rétablir dans la perfection
  • Rock water : strict dans sa façon de vivre quitte à se refuser de la joie.

Utilisation des Fleurs :

On trouve dans le commerce les 38 fleurs préparées en teinture alcooliques [3] ou en macérat sans alcool (les fleurs de l’atlas).

Il est possible de prendre 1 seule fleur en fonction d’une problématique émotionnelle ou d’utiliser des mélanges du commerce pour des problématiques tel que le sommeil ou les urgences.

L’élixir d’urgence a été mis au point par Edward Bach à la suite d’un accident de noyade. Il est à utiliser et à avoir sur soi quand il y a une situation émotionnelle perturbante à remettre à l’équilibre dans l’instant.

Les fleurs de Bach sont aussi un art dans leur utilisation.

De sorte que lorsqu’on veut remettre à l’équilibre des humeurs ou émotions récurrentes il est conseillé de faire appel à des personnes formées aux fleurs et qui sauront vous proposer des mélanges personnalisés en fonction de la problématique émotionnelle de l’instant.

En effet, certaines situations de vie tel que le deuil, un changement de vie ( retraite, déménagement, départ des enfants etc…) peuvent entrainer des perturbations émotionnelles, où un mélange personnalisé en fonction de sa personnalité, de son histoire et de son ressenti aura beaucoup plus d’effet qu’un simple mélange tout prêt.

Les fleurs de Bach sont très utiles aussi dans les addictions et dans les traumatismes émotionnels récents et/ou anciens.

C’est pour cela que lors de libérations émotionnelles des traumatismes que je pratique en séance, j’aime bien conseiller un mélange personnalisé qui permettra au corps dans sa globalité de retrouver un équilibre et complètera harmonieusement la séance.

Ceci en couplant dans le mélange les fleurs en rapport avec l’émotion mais aussi celle qui définit la personnalité de la personne.

En effet, certaines fleurs sont le reflet de traits de personnalités au-delà des états d’esprits ou des émotions.

En conclusion :

Les fleurs de Bach sont donc une alternative puissante et naturelle pour remettre à l’équilibre tout votre être dans sa globalité et harmoniser le corps, les émotions, le mental et l’esprit.

Sa pratique, bien que simple reste un art dans son affinement et son utilisation personnalisé.

[1] guérison par les fleurs ; Docteur Edward Bach. Edition Nouvelle Imprimerie Labellery à Clamecy
[2] The médical discoveries of Edward Bach : Nora Week. Edité par C/W Daniel Compagnie Ltd England
[3] laboratoires copmed : code prescripteur A77999
Categories
Ateliers en ligne

Conférence/ Atelier Comment adopter une alimentation plaisir et vitalité Jeudi 16 mars 2023 à 20h en ligne

Votre vitalité, votre ligne, votre sommeil sont des choses qui comptent ?

Vous voulez vivre en pleine forme TOUS LES JOURS ?

Alors venez me rejoindre à la conférence en ligne que j’organise.

Nous verrons ensemble POURQUOI :

  • L’alimentation fatigue
  • La digestion peut encrasser votre corps et les conséquences sur le corps à long terme
  • Certains aliments aggravent votre stress
  • En Mars, il est fréquent de se sentir un peu fatigué.

    La sortie de l’hiver, et surtout le début de la saison pour le foie qui a besoin, d’un coup de main pour bien fonctionner. Souvent on recommande des diètes, cures et autre détox de printemps.

    Dans cet atelier/conférence VOUS découvrirez COMMENT :

  • Retrouver son énergie grâce à l’alimentation   
  • Quelle alimentation tonifiante adopter
  • Quels aliments consommer pour être zen
  • Si vous êtes intéressés pour avoir des clés et solutions à mettre en place afin d’être en pleine forme pour le printemps, avec la ligne pour l’été, et vous sentir zen au quotidien….

    Et si comme moi votre santé est quelque chose qui compte, venez me rejoindre pour cette conférence en ligne.

    Cette conférence GRATUITE sera aussi une forme d’atelier totalement interactif entre vous et moi.

    Je serai ravie d’échanger avec vous et de vous aider par des astuces et des conseils. Pour cela il vous suffit de venir me rejoindre :

    Jeudi 16 mars 2023 à 20h

    Pour vous inscrire :

    A très bientôt avec le plaisir anticiper de partager avec vous.
    Corinne

    PS : Si vous connaissez des personnes qui seraient elles aussi intéressées par cette conférence, n’hésitez pas à diffuser cette lettre. Je vous en remercie par avance.

    Categories
    Emotions

    Hypersensible ? Un test pour le savoir.

    Je suis doué d’une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire

    Gustave Flaubert

    Hypersensibilité qu’est-ce que c’est ?

    L’hypersensibilité n’est autre chose qu’une sensibilité plus exacerbée que la moyenne.

    Elle peut être à l’origine d’un dérèglement du système ortho et para sympathique, sans pour autant avoir un rapport avec une problématique « psychiatrique ».

    Selon les statistiques, entre environ 15 et 20% de la population mondiale en est touchée.

    L’hypersensibilité est en rapport avec une véritable susceptibilité à des stimuli d’ordre sensorielle (bruits, odeurs, lumière, etc), ou émotif.

    Qualifiée d’une éponge émotionnelle, cette personne est souvent dépassée par l’intensité de ses émotions. Néanmoins, elle se voit dotée de qualités et aptitudes très précieuses, comme l’empathie, l’intuition, la créativité, la capacité à résoudre des problèmes, etc.

    Apprendre à la reconnaître et gérer les émotions, l’hypersensibilité pourrait être un véritable don naturel.

    L’hypersensibilité comme trait personnel a fait l’objet d’études au début des années 90 par le psychologue Elaine Aron. On peut citer à titre d’exemple le célèbre Ces gens qui ont peur d’avoir peur. écrit par elle.

    Comment savoir si on est hypersensible – test :

    Dr. Aron a également contribué au diagnostic de l’hypersensibilité en élaborant un test de 25 questions/affirmations, lesquelles servent à diagnostiquer une personne sensible.

    Vous pouvez le découvrir ci-dessous. Si vous répondez par Oui à la majorité, vous pourriez considérer ceci comme un signe de votre hypersensibilité.

    • Je suis fort sensible à des stimuli sensoriels intenses.
    • Je suis conscient des nuances subtiles de mon environnement.
    • Je suis affecté par l’humeur des autres.
    • Je suis très sensible à la douleur.
    • Durant les journées chargées, j’ai besoin de me retirer dans mon lit, à l’intérieur d’une pièce sobre ou autre endroit intimiste, de façon à pouvoir me soulager de la stimulation.
    • Je suis particulièrement sensible aux effets de la caféine.
    • Je suis facilement agressé par des lumières vives, odeurs fortes, tissus grossiers ou des sirènes approchantes.
    • J’ai une vie intérieure riche et complexe.
    • Les bruits forts me dérangent.
    • Je suis souvent profondément touché par les arts ou la musique.
    • Parfois, mon système nerveux s’épuise à tel point que j’ai besoin de m’isoler.
    • Je suis quelqu’un de consciencieux.
    • Je sursaute facilement.
    • Je m’énerve lorsque j’ai plusieurs choses à faire en peu de temps.
    • Lorsque les gens se sentent mal à l’aise dans un environnement physique, j’anticipe ce qui doit être fait, afin d’améliorer leur confort (changer l’éclairage/ le siège, etc.)
    • Je suis agacé lorsqu’on me fait faire trop de choses à la fois.
    • Je fais tout mon possible pour éviter de commettre des erreurs ou de manquer à mes engagements.
    • J’essaye d’éviter les films/émissions violents.
    • Je deviens agité lorsque plusieurs choses se passent autour de moi.
    • La faim me fait perdre la tête et perturbe ma concentration ou humeur.
    • Les changements dans ma vie me secouent.
    • Je remarque et apprécie les goûts, les odeurs, les sons ou les œuvres d’art fins et délicats.
    • J’organise ma vie, de façon à éviter les situations perturbantes et accablantes.
    • Lorsque je dois rivaliser avec d’autres personnes ou être observé pendant l’exécution d’une tâche, je deviens si nerveux et tremblant que je m’en tire beaucoup moins bien que je ne l’aurais fait autrement.
    • Quand j’étais enfant, mes parents et/ou mes professeurs semblaient me considérer comme sensible et timide.

    Symptômes de l’hypersensibilité

    Voici également une liste de symptômes et de caractéristiques propres à la personne hypersensible pour mieux détailler son comportement.

    Les traits les plus communs d’une personne hypersensible

    Vous êtes très empathique

    Les personnes hypersensibles possèdent une grande capacité à ressentir les sentiments, les besoins, les insécurités des autres. La science a même prouvé que ce type de personnes ont des neurones miroirs plus actifs, lesquels sont responsables de la compréhension des émotions des autres. 

    L’inconvénient à cette disposition à comprendre les gens autour, emmènerait parfois à faire s’oublier pour les autres.

    Vous aimez à la réflexion

    Pareil à toute personne hypersensible, vous fonctionnez mieux lorsque vous avez le temps et l’espace de réfléchir avant de répondre. Vous saisissez les nuances et vous êtes capable de faire des liens et de déchiffrer des informations complexes.

    Les hypersensibles ont tendance à réagir plus vigoureusement à des situations variées. La puissance de ces états affectifs fait souvent croire la personne sensible qu’il y a quelque chose qui cloche chez elle. Ceci mène à un retrait et à de longues années passées à nier ces sentiments sans voir les bénéfices.

    Lorsque trop pressé, vous bloquez

    L’approche d’une date limite pour l’exécution d’un projet est la fin du monde pour vous.

    Si vous trouvez ces situations trop accablantes, essayez de mieux gérer votre temps, afin d’éviter une surstimulation.

    Vous êtes à l’aise dans votre tête

    Le monde intérieur des hypersensibles est très riche et vibrant. Ces personnes font alors preuve d’originalité et sont dotées d’une pensée extrêmement créative.

    En même temps, cette même qualité vous pousse à trop réfléchir et analyser ce qui arrive autour de vous. De là, une tendance à l’autocritique impitoyable.

    Les critiques vous blessent

    Les hypersensibles sont également très susceptibles à des commentaires négatifs à leur propos. Dans le but d’éviter les critiques, ils s’infligeraient de travailler jusqu’à l’épuisement.

    Vous êtes de nature indécise

    Eh oui, la personne hypersensible a du mal à prendre des décisions, de peur de se tromper. Mais encore, puisqu’elle est bien consciente des conséquences que ses décisions pourraient avoir sur les autres, de même que la façon dont elles peuvent être perçues.

    Vous êtes sensible aux détails

    Vous avez le sens aigu du détail et vous remarquez même le plus infime changement dans une situation ou une personne. Ceci vous rend notamment très perspicace et soucieux aux problèmes des autres.

    Du coup, vous vous liez vraiment facilement d’amitiés. Attention pourtant car parfois, votre méticulosité pourrait tourner en perfectionnisme excessif.

    Vous respirez la gentillesse

    Ce n’est pas rare pour vous de recevoir des compliments pour votre gentillesse, courtoisie et votre conscience morale.

    Néanmoins, vous vous faites facilement irriter par des collègues « difficiles » qui ne partagent pas les mêmes traits ou valeurs.

    Vous aimez trouver des solutions aux problèmes

    Votre dévouement et engagement vous font un excellent membre de l’équipe.

    Attentifs à leur environnement, les hypersensibles sont capables de détecter et gérer des conflits, d’atténuer des problèmes et d’identifier de nouvelles opportunités.

    Vous pleurez facilement

    Les personnes hypersensibles sont assez susceptibles et trouvent leurs limites aisément dépassées.

    Le plus souvent, l’épuisement émotionnel se manifeste sous forme de larmes. Il est très important de savoir que même si vous êtes capable de gérer vos émotions efficacement, il ne faut pas avoir honte de lâcher quelques larmes de temps en temps.

    Vous préférez travailler seul-e

    Les personnes hypersensibles ont de l’attrait naturel pour les environnements de travail où ils peuvent contrôler les stimuli externes – calme, luminosité, désencombrement de l’espace de travail. Elles préfèrent alors travailler à domicile plutôt qu’à l’intérieur d’un bureau à aire ouverte.

    Vous cherchez un sens

    Les hypersensibles sont motivés par des facteurs intrinsèques (comme le fait de trouver du plaisir dans leur travail) plutôt que des facteurs externes (comme l’argent et le prestige). Vous êtes le type de personne qui recherche son véritable vocation, plutôt que d’accepter un emploi uniquement pour le salaire.

    Inspiré d’un texte de Gabrielle Lambert
    Categories
    Corps émotionnel Corps physique

    Nerf vague Le régulateur de votre bien être

    Nous sommes régit par deux systèmes nerveux dits « autonome » ou « automatique ».

    Le système (ortho)sympathique et le système parasympathique.

    système nerveux sympathique prépare le corps à une activité physique intense alors que le système nerveux parasympathique détend le corps en inhibant les fonctions à haute énergie.

    Le système nerveux (ortho)sympathique est un accélérateur avec pour chimie principale l’adrénaline et le cortisol.

    Le système parasympathique est le frein du système sympathique. Il a pour chimie, l’ocytocine et la noradrénaline.

    Le système parasympathique est gouverné par un nerf bien spécifique 

    Le nerf vague ou pneumogastrique.

    Il est aussi appelé nerf 10.

    Contrairement aux autres nerfs sortant du cerveau, c’est le seul qui ne fonctionne pas par pair.

    Il est unique, toutefois, il se divise en deux branches asymétriques.

    1ère, La branche à gauche qui passe sous la crosse de l’aorte pour remonter dans le cou et actionner les cordes vocales, le pharynx et les muscles du larynx.

    Il permet aux cordes vocales de se contracter et de se relâcher. Il commande aussi la tension et la longueur des cordes vocales.

    Il maintient les cordes vocales ouvertes lors de la respiration et fermée pendant un cri, la toux, le rire, les pleurs, les vomissements et la phonation.

    2ème, La branche droite descend dans les profondeurs. Il passe par l’œsophage, le cœur, l’estomac, le foie, les viscères.

    Il informe le cerveau du ressenti d’une action, de la sensibilité et de l’excitabilité perçue par l’organe cible.

    Il est « l’homme à tout faire » du système nerveux et le « chef d’orchestre » du système nerveux parasympathique..

    Il est très sensible au stress qui va le bloquer et interrompre les actions automatiques de notre corps notamment au niveau de la respiration, du rythme cardiaque apaisant et de la digestion.

    Les fonctions du nerf vague :

    – Sensation cutanée, Température et humidité des oreilles

    – Sensation de la pression au touché

    Avaler sans faire de fausse route

    – Régit les cordes vocales (une voix rauque et monotone dénote d’un mauvais tonus vagal).

    – Contrôle la respiration profonde et lente (quand nous sommes stressé, la respiration est plus courte et accélère, il vient remettre l’équilibre)

    – Régule la fréquence cardiaque et évite les emballements cardiaques

    – Permet le péristaltisme intestinal et la bonne progression du bol alimentaire (en cas de stress, le rythme cardiaque accélère et la digestion s’arrête)

    – maintient la pression sanguine au plus bas et évite ainsi l’hypertension dû à la prise de pouvoir du système orthosympathique

    Régit les 500 fonctions du foie :

             – vidange de la vésicule biliaire

             – Transport des informations vers le foie et du foie vers les organes cibles

             – contrôle la production de la bile et des selles biliaires (qui éliminent les toxines par les selles)

             – gère la sensation de faim et de satiété

             – Informe de la quantité suffisante de glucides, lipides et protéines (en cas de stress, cette information ne passe plus ce qui augmente la prise de poids, d’où l’intérêt de manger dans le calme et de mastiquer les aliments pour informer de la satiété).

    – Gère la quantité de sucre sanguin et insuline

    D’où l’importance de calmer son stress pour « protéger son foie »

    Réactions corporelles dues au blocage du nerf vague lors d’un stress :

    En cas de stress il y a sécrétion d’adrénaline et de cortisol au niveau des surrénales afin de mettre le corps en activité intense.

    Il est dans ces cas-là, hors de question pour le corps que d’autres fonctions « non essentielles » si considéré qu’il y a danger puissent se faire.

    L’activation du système nerveux orthosympathique, va donc bloquer le nerf vague (système nerveux parasympathique).

    • Gorge nouée
    • Voie altérée
    • Bouche sèche
    • Nœud au niveau du plexus solaire
    • Augmentation des sucs gastriques – brulure estomac
    • Accélération cardiaque – respiration rapide et courte
    • Arrêt du péristaltisme et de la digestion
    • Arrêt de la fabrication de bile
    • Augmentation de la glycémie sanguine

    En cas de stress chronique, on peut comprendre qu’il y ait :

    – Des tensions au niveau du larynx, qui entraine des douleurs musculo-tendineuses avec gène à la déglutition.

    – Des altérations de la voix par manque de lubrification de salive et contraction de la position fermée et/ou ouverte des cordes vocales

    – Des palpitations avec arythmie

    – Des essoufflements ou sensation d’oppression dans la poitrine

    – Des reflux oeso-gastriques et ulcère en conséquence

    – Colopathie et ballonnement.

    – Alternance de diarrhée et constipation

    – Chute du système immunitaire. Car lorsque nous avons la peur au ventre, nous bloquons l’action du nerf vague.

    Cela va entrainer à la longue un dérèglement du nerf vague et du système para sympathique par sur activité du système orthosympathique.

    Le malaise vagal :

    Le malaise vagal survient consécutivement à une baisse de la pression artérielle, associée à une baisse du rythme cardiaque. Cette baisse de tension peut être provoquée par un déséquilibre entre les systèmes nerveux orthosympathique et parasympathique.

    Lors d’un malaise vagal, c’est le nerf vague qui, sous le choc par exemple d’une émotion forte, ralenti l’activité cardiaque brutalement. La pression artérielle chute et l’oxygène circule alors au ralenti, y compris vers le cerveau, ce qui provoque le malaise qui peut aller jusqu’à la perte de connaissance.

    Ce malaise impressionnant n’a rien de dangereux en soi. Il montre par contre à quel point le système autonome est déséquilibré et fragilisé par un stress chronique ou des traumatismes anciens.

    Activer le nerf vague et calmer le stress :

    • Vous masser le long du cou le long des artères carotides pour relâcher les tensions.
    • Le chant qui va détendre les muscles du larynx et les cordes vocales
    • La cohérence cardiaque qui apporte une synchronisation entre le rythme cardiaque et la respiration. 5 minutes deux fois par jour.
    • Éviter toute stimulation extérieur (bruits, lumières, …),
    • Veiller à un bon apport de magnésium – calcium (régulation cardiaque)
    •  Prendre des infusions de passiflore -mélisse – verveine – tilleul

    Conclusion :

    Comme vous le voyez, le fonctionnement de cette belle machine qu’est notre corps est complexe.

    C’est pourquoi, même s’il est efficace de calme le système orthosympathique et de permettre d’activer le système parasympathique et que le nerf vague puisse faire son travail …. Il reste important de comprendre au dela du soulagement POURQUOI, il y a un dérèglement de ce système de survie.

    La naturopathie peut vous y aider, en cherchant les causes au-delà du corps physique.

    Pour rappel, la santé La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. (OMS)

    Extrait en parti du livre de Jean Abitbol : Le pouvoir de la voix