Categories
Atelier en présentiel

Atelier : Influence des émotions sur le corps Samedi 28 janvier 2023

Entendez-vous votre corps quand il souffre ?

Entendez-vous vos émotions, et la répercussion sur votre corps ?

Connaissez-vous l’impact et les conséquences du stress sur votre corps ?

Savez-vous comment repérer ces messages et les soulager ?

C’est ce que je vous invite à partager le samedi 28 janvier lors de mon prochain atelier gratuit.

VENEZ VIVRE SENSORIELLEMENT VOS ÉMOTIONS ET VOTRE CORPS

Nous verrons ensemble :

  • Comment le corps influence nos émotions.

  • Comment nos émotions influence notre corps.

  • Quelles conséquences sur notre corps et notre mental.

  • Comment résoudre les déséquilibres.

Autant de réponses que je souhaite vous partager et vous faire ressentir dans votre corps, afin de vous aider à mieux gérer votre stress au quotidien.

Si cela vous parle, je vous invite donc à venir me rejoindre :

Samedi 28 janvier

Social Club à Claye Souilly

à l’espace promenade

Horaire : 15h à 16h

Entrée libre

N’hésitez pas à me contacter au 07.88.25.94.68 pour toute information complémentaire ou pour vous inscrire.

Je serai ravie de vous accueillir.

Amicalement

Corinne

Categories
Atelier en présentiel

Atelier : Sortir de ses imprégnations 15 avril 2023

Un atelier pour vous aider à comprendre certains de vos mécanismes saboteurs et en sortir grandit grâce à une exploration sensorielle et créative.

Un atelier pour vous aider à sortir des imprégnations qui empêchent d’être Soi même au quotidien.

Ouvert à tous et toutes celles qui souhaitez aller de l’avant et sortir de vos schémas répétitifs.

Très complémentaire à l’enseignement de la transmission vibratoire® pour aller plus loin. (1)

Réservé à 10 personnes

Qu’est ce que les imprégnations?

Ce sont toutes ces perceptions dans votre vécu au quotidien qui enclenchent une attitude et/ou comportement toxique.

Cela peut être :

  • Ne pas savoir dire « non », de peur de blesser.
  • Ne pas s’empêcher de manger pour compenser quand le moral n’est pas là.
  • Ne pas arriver à faire les choses et laisser filer.
  • De courir tout le temps ou de se mettre la pression pour faire les choses.
  • Toutes les croyances qui vous limitent.
  • Tous les messages dits contraignants qui vous empêchent d’être vous même, car gravés dans votre corps comme dans le marbre.

Et bien d’autres encore…. Que je vous propose de découvrir et surtout de Vous Libérer.

Au travers de divers « jeux » et « tests » vous comprendrez mieux vos fonctionnements instinctifs, vous pourrez les repérer dans votre vie quotidienne et en changer pour enfin vivre avec votre réalité du moment et non plus avec de vieux logiciels obsolètes.

Vous repartirez avec votre carnet de pratiques et des outils pour approfondir chez vous.

Si vous êtes intéressé(e)s, ne tardez pas à revenir vers moi pour vous inscrire.

Renseignements utiles :

Samedi 15 avril 2023 de 9h30 à 17h30

Lieu : 14 avenue des libellules 77270 VILLEPARISIS

Tarif : 80€ avec un déjeuner partagé

Me contacter : 07 88 25 94 68 ou par mail : allemoz.corinne@gmail.com

(1) Enseignement de la transmission vibratoire® dont je suis formatrice : https://www.corinne-allemoz.fr/enseignement-de-la-transmission-vibratoire-2/
Categories
Corps spirituel

Et si on arrêtait le développement personnel pour entrer dans la connaissance de soi ?

Apprends à vouloir que les choses arrivent exactement comme elles arrivent.

Epictète

Qu’est-ce que le développement personnel ?

C’est vivre le quotidien en agissant avec ce que te dicte ton cœur.

Ce qui est essentiel pour s’éveiller.

Savoir pourquoi et pour quoi on fait les choses ?

Est-ce avec la pureté de nos intentions ou dans une attente de quelque chose ?

C’est aussi avec ce regard intérieur de connaissance de soi, de comprendre dans chaque situation ce qui est vraiment et quelle est la leçon à en tirer.

Ce que la vie nous apprend au-delà des illusions de notre mental.

« Je me concentre sur mes actions et laisse les divagations de mon mental se raconter ses histoires qui n’ont rien à voir avec moi. »[1] 

Le mental pense, interprète, brode et vit dans la peur et le pessimisme.

La conscience (notre princesse intérieure) agit, résonne, dans le concret sans illusion ni peur, avec joie, enthousiasme, confiance, amour et envie de donner et partager en toute innocence. [2]

On ne sait pas le retour de nos actions, ce qui est important est déjà d’agir avec son cœur conscient et l’intention pure de son cœur.

C’est-à-dire je sais pourquoi je fais ceci et cela.

Sortir de nos croyances et convictions

S’ouvrir à un nouveau regard, et à une nouvelle conception de sa façon de vivre. (Atelier : sortir de ses imprégnations)

Un jour un formateur m’a dit [3] :

« Nos défauts, ne sont que le reflet de nos qualités mal exploitées, surtout quand ils sont faciles à mettre en œuvre car nous sommes complètement naturels. »

C’est permettre de sortir de son sommeil automatique qui fait vivre dans une routine endormie pour enfin devenir vivant en découvrant, les illusions, les doutes, les croyances, les ombres et ceci avant de finir complètement éteint et malade.

« C’est devenir le maître de son futur et non plus l’esclave de son passé ». [1]

Demain se bâtit aujourd’hui et deviendra notre hier.

L’énergie de chaque jour conditionne donc notre avenir et notre passé puisque le demain d’aujourd’hui sera l’aujourd’hui d’hier.

« Changer notre cartographie mentale » [2], revoir où nous nous situons, où nous emmène nos illusions et retracer son propre itinéraire, conduit par notre cœur de princesse permet de changer ce que nous vivons et notre » rapport à la vie et au temps.  » [1]

Tout notre vécu aura donc la couleur de notre état d’esprit.

Couleur qui se répercutera sur notre santé mentale (optimiste ou pessimiste), sur nos émotions (agréables ou désagréables), sur notre corps (tension ou détente).

À chacun-e de faire ce choix de passer du développement personnel à la connaissance de Soi.

Et la connaissance de Soi ?

 » Comment je décide de vivre aujourd’hui ? »

« La victoire sur soi-même n’est pas là où on croit (croyance), mais là on croït (croissance) » [2]

La tâche peut paraître ardu, c’est un chemin qui demande de se découvrir intérieurement, d’aller visiter la cave de notre inconscient et d’y affronter les monstres et les araignées.

Et enfin y trouver ce trésor infini qui nous fait rayonner d’amour et de joie.

Accueillir toutes ses noirceurs que l’on n’aime pas de soi, de leur faire les poussières pour en sortir le potentiel caché.

« Parce que la vie nous en fait voir de toutes les couleurs c’est aussi pour nous révéler l’arc-en-ciel de la grâce. » [2]

Parfois, il est des moments ou des situations des instants  » il vaut mieux les laisser passer et ne pas les retenir » [2]

Retenir nos noirceurs à l’intérieur, c’est amener la douleur.

Par contre, ces moments à laisser passer, si on en tire le sens et la leçon de vie à comprendre, ce qui en restera sera de l’amour et de l’éveil de soi.

Rester centré sur ce qui nous anime, ce qui nous rend vivant, vibrant et heureux à l’intérieur, ce que l’on bâtit et construit jour après jour, pour vivre avec la joie au cœur, c’est cela qui nous fait grandir en conscience et en connaissance de soi.

Et aborder chaque situation de la vie avec des » pourquoi pas » , au lieu « des a quoi bon »[2]. Afin de voir la beauté et les opportunités de la vie.

On peut voir un accident de deux façons au moins.

Vous partez en vacances ravie de faire pleins de choses, mais avec peu  d’espace de rien. Intérieurement votre cœur, lui veut cet espace de rien et de repos.

Vous êtes dans l’action et l’exercice physique. Vous arrivez devant une tyrolienne avec enthousiasme, mais tout votre corps et votre cœur réagissent (crispations, accélération cardiaque, tremblements, sensation d’entendre une voie qui dit « n’y va pas » !), alors que vous êtes habitué à l’exercice. C’est très fort comme sensation. Mais votre ego et votre mental ne cèdent pas et n’écoutent pas.

Et vous y allez.

Résultat ; vous finissez dans la paroi rocheuse à pleine vitesse. Vous constatez une erreur technique de votre part et un manque de sécurisation de l’arrivée…Toutefois le constat est là : Vous êtes blessé-e.

Et c’est là que l’état d’esprit pour aborder cette situation change tout, en fonction de la connaissance que l’on a de Soi.

Option 1 : Cet accident vous permet d’enfin vous poser et d’avoir cet espace de rien souhaité.

Du coup comme vous en avez conscience cet accident a été plus une aubaine qu’un malheur.

Option 2 : Cet accident est une catastrophe et vous considérez que vos vacances sont finies et complètement foutues.

L’option 1, vous permettra de finir vos vacances sereinement en profitant du moment présent, avec les contraintes des béquilles…Mais d’avoir le temps de vous poser.

L’option 2, vous mettra le moral à zéro et vous rentrerez de vacances aussi fatigué-e et mal en point qu’avant de partir.

 » il est bon parfois d’être sur le point de mourir de soif pour redécouvrir le goût de l’eau et le chant des sources. » [2]

La différence entre le développement personnel et la connaissance de Soi. [5]

« Cette connaissance de soi n’est rien d’autre qu’une spiritualité basée sur le réel. »

La spiritualité étant tout ce qui est réel sans être matériel. 

  • Comme l’imagination indispensable pour se mettre en action. 
  • Comme nos ressentis et ce que l’on met en action en fonction de ses ressentis. 
  • Comme l’expérience concrète en étant auteur et acteur de sa vie. 

Auteur et acteur impliquant une hygiène de vie basée sur vos valeurs et non sur vos croyances. 

  • Une expérimentation avec vos sens. 
  • Une sortie du mode automatique et des dogmes imposés. 
  • De revoir sa nourriture intérieure aussi bien sur le plan alimentaire, que sur celui de vos pensées ou de vos émotions, en fonction de ce qui est juste pour votre corps physique, votre corps émotionnel et votre corps mental et de sentir ainsi votre conscience rayonnante. 

« La connaissance de soi c’est Vivre sa spiritualité au quotidien dans l’exploration de sa réelle nature, en passant par ses sens, son imagination, ce qui est agréable ou désagréable pour soi. » [5]

La connaissance de Soi au-delà du développement personnel, c’est s’aligner avec ce que l’on pense, ce que l’on dit, ce que l’on fait, en rapport avec ce que l’on est intérieurement à l’instant. 

Ce qui en donne la mesure c’est de se sentir en paix. 

Cette sensation de paix étant le curseur de votre éveil. 

C’est écrire chaque jour ce que l’on veut sur la page blanche de sa vie. 

En choisissant la couleur que l’on veut y donner. 

Joie ou plainte, positive ou négative, agréable ou désagréable, et la pépite qui est l’agréable dans le désagréable. 

L’énergie qui va faire rayonner cette paix intérieure quelle que soit ce qui nous arrive en soi même si c’est une situation désagréable, est la gratitude car elle nous fait progresser et vivre heureux. 

Toute difficulté étant une opportunité à transformer à améliorer et à renaître en soi. 

Vivre dans la connaissance de Soi au-delà du développement personnel

La connaissance de soi est donc un état d’être, en harmonie avec soi, son environnement, ses valeurs.

Accepter le réel pour tout ce qu’il est sur la planète. 

Rien n’est bien ou mal juste ce qui est.

Pourquoi on fait ceci ou cela ? pourquoi on veut ceci ou cela ? Et surtout qu’est-ce qu’on fait de ceci ou cela dans ce qui nous arrive ?

Passer de la douleur à la connaissance de soi c’est entrer dans le paradigme :

« Rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme. » [6] 

Conclusion :

Le développement personnel n’est donc rien d’autre que cette connaissance de tout ce que la vie a présentée.

Ce que cela a généré en soi comme déséquilibre et de comprendre enfin, que ce déséquilibre n’est ni bien, ni mal, mais juste à réparer en le comprenant, en apprenant à se connaitre et surtout se reconnaitre dans ses fonctionnements.

 » pourquoi je veux ceci ou cela ? » 

Certes cela semble facile toutefois c’est un chemin de vie qu’il nous appartient de créer, telle une œuvre d’art. 

Révéler cette partie qui nous illumine en veillant à éclairer ce qui nous ronge pour s’en libérer.

Et quand ce feu intérieur peut reprendre sa brillance, en étant bien ancré dans la vie, c’est-à-dire en veillant à sa santé physique, émotionnelle, mentale, et consciente, en décodant les choses au-delà des apparences, alors la vie devient un terrain de jeu où notre gratitude, peut aussi s’exprimer, quand les situations sont désagréables ou dramatiques.

« S’ajuster chaque jour qui vient, trouver la juste mesure dans la coïncidence, qui entre en résonance, avec cette aube nouvelle de notre vibration intérieure, et dans l’imprévisible Aurore, vivre le juste rythme de notre éveil » [4]

[1] Dan Millman : le guerrier pacifique
[2] François Garagnon : Jade et les sacrés mystères de la vie
[3] Jean Jacques Crévecoeur : Prenez soin de vous, n’attendez pas que les autres le fassent.
[4] Corinne Allemoz : Auteur de cet article et de ce site
[5] Mika Denissot : Sould in the mind (site)
[6] Lavoisier
Categories
Alimentation Corps psychique

Et si vous étiez orthoréxiques ?

  • Vous vous méfiez des produits industriels ?
  • Vous êtes réticents à consommer des OGM ?
  • Vous avez choisi une alimentation raisonnée, limitant votre consommation de sucre, de sel, d’alcool ou de produits laitiers ?

Vous ne le saviez pas, vous souffrez peut être d’orthorexie !

Quand ​j’ai commencé à m’interresser à la naturopathie et que j’ai enlevé de mon alimentation ce qui avait un impact douloureux sur mes intestins, j’ai perturbé mon entourage.

En effet, certain-es ont cru que je ne mangeais plus comme eux (l’alimentation et la relation sont étroitement liés)​.

Mon conjoint avait beau les rassurés, la suspicion était là. Et disons la peur que je veuille les convaincre d’en faire autant.​

Malheureusement, ce ressenti de notre entourage est ce qui peut arriver quand on part dans l’extrémisme alimentaire.​​​​
Qu’est ce que l’orthorexie ?

L’orthorexie est une récente maladie mentale, popularisée par le psychiatre Steve Bratman à partir de 1997.

L’orthorexie, du grec orthos (correct) et orexis (appétit), se définit comme un trouble des conduites alimentaires qui se caractérise par une obsession sur la consommation d’une nourriture saine.

L’orthorexique n’est pas focalisé sur la quantité mais sur la qualité.

L’orthorexique est en effet obsédé par son idéal d’alimentation saine.

Il suit des règles alimentaires très strictes : réduction de la consommation de sel, de sucre, de matières grasses, d’additifs alimentaires chimiques, etc…

Ces règles alimentaires, poussées à l’extrême (orthorexie nerveuse), pourraient conduire à un isolement social : éloignement de la famille, des amis, qui eux continuent d’avoir une alimentation « malsaine ».

En quelque sorte, vouloir manger sain, ce n’est pas forcément sain !

Manger sain, une obsession ?

L’orthorexique est avant tout à la recherche d’un régime équilibré, d’une pureté corporelle.

C’est grave docteur ?

Il est important de notifier que la psychiatrie moderne n’a de cesse d’inventer de nouvelles pathologies.

Dans le but de cataloguer tout comportement « déviant », elle n’a donc pas hésité à ajouter l’orthorexie à son catalogue des maladies mentales.

Au-delà de certains cas extrêmes, vouloir manger sain est une réponse légitime au lobby agroalimentaire qui nous impose ses produits chimiques au détriment de notre propre santé et de celle de la planète.

Plus qu’une pathologie, l’orthorexie est avant tout une prise de conscience.
Résumons.
Nous avons donc d’un côté, la norme : manger industriel et son lot de produits chimiques.

De l’autre : faire le choix d’une alimentation saine et naturelle.

« Ce n’est pas un gage de bonne santé que d’être bien intégré dans une société malade. »
Jiddu Krishnamurti

Pour vous aider à vous y retrouver, vous pouvez télécharge un petit test :
Êtes-vous orthorexique.

Categories
Corps émotionnel Corps psychique

Quelles sont les habitudes sournoises qui augmentent le stress et les troubles anxieux ?

« Même si tu avances lentement, tu es toujours plus rapide que celle qui reste sur son canapé. »

Inconnu

Le stress et l’anxiété peuvent trouver leur cause dans la sédentarité.

La sédentarité, concerne plus de 70% de la population qui passe plus de huit heures assis chaque jour.

Et 95% des Français seraient menacé par une vie trop sédentaire.

Avec l’augmentation du télétravail et donc des temps de transports en moins, la sédentarité ne va que croitre au fil du temps avec toutes les conséquences sur la santé.

Un mode de vie sédentaire :

La sédentarité n’a jamais été synonyme de bonne santé.

On sait depuis longtemps que le manque d’activité physique augmente le risque d’obésité, de surpoids et de maladies cardiovasculaires.

Mais il n’y a pas que ça.

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’université de l’Iowa, ne pas bouger entraîne aussi des troubles anxieux et dépressifs.

Des spécialistes ont analysé comment l’activité physique et les comportements sédentaires sont liés à la santé mentale et comment leurs changements influencent la façon dont les gens pensent, ressentent et perçoivent le monde. Et les résultats sont éloquents…

Santé mentale :

Le manque d’activité physique augmente les risques de dépression.

Comme nous l’explique le docteur Tchaïkovski, « la sédentarité favorise la survenue de troubles du sommeil mais aussi de dépression ou d’anxiété »

Le télétravail réduit encore l’activité physique de 32% ce qui tend à accroitre le stress, l’anxiété et les dépressions.

Rester assis·e, une habitude sournoise :

L’explication, selon les auteurs de la recherche, est qu’un mode de vie sédentaire réduit la production d’endorphines, les hormones responsables du bien-être général, qui aident à réduire la fatigue, l’irritabilité et à améliorer l’humeur des gens

Des solutions simples :

Une méta-analyse portant sur 40 études indique que l’activité physique régulière favorise une meilleure gestion du stress et une diminution de l’anxiété. Les personnes régulièrement actives physiquement tolèrent mieux le stress quotidien que les personnes moins actives.

J’ai pu faire ce constat moi-même lors du confinement, où le fait de ne pouvoir bouger à ma guise avait fait augmenter une nervosité depuis longtemps disparue dans ma vie.

Pour pallier à cet état, j’avais donc mis en place une séance de course à pied quotidienne autour de chez moi, en plus des séances d’étirements et de relaxation.

Si vous travaillez assis-e :

  • Toutes les heures (en mettant un minuteur), levez-vous, étirez-vous et marchez en sautant sur place.
  • Buvez régulièrement
  • Si vous le pouvez allez prendre l’air à la fenêtre où faites comme les fumeurs, allez, vous aérer !! Et oui, le fait de fumer oblige à bouger, … Alors si heureusement vous ne fumez pas, allez, vous aussi prendre l’air.
  • A cela, bien sûr, ajoutez une à deux séances de sport par semaine qui mette votre corps en mouvement.

Conclusion :

En cas de vie sédentaire et quelque soit votre vie (travail, domicile, retraite), penser à bouger, à s’aérer et s’hydrater améliorera sensiblement les troubles de l’humeur, le stress et l’anxiété.

https://www.grazia.fr/lifestyle/sport/teletravail-voici-combien-de-temps-vous-devriez-faire-du-sport-par-jour-pour-rester-en-bonne-sante-selon-les-scientifiques-94538.html#item=1
https://www.marieclaire.fr/sedentarite-dangers-sante,1365080.asp#:~:text=Les%20cons%C3%A9quences%20de%20l’inactivit%C3%A9,d%C3%A9pression%20ou%20d’anxi%C3%A9t%C3%A9%22.
https://blogue.physioextra.ca/fr/les-bienfaits-de-lexercice-sur-la-sante-mentale
https://www.limousin-sport-sante.fr/L-ACTIVITE-PHYSIQUE-et-LA-SEDENTARITE

Categories
Non classé

Comment et pourquoi faire taire votre mental ?

“Le mental voit tantôt le bien, tantôt le mal, mais la vision de la Vérité ne voit que le bien.”

Arnaud Desjardin [1]

Les effets du mental sur la santé

Et oui, ce n’est pas juste pour le plaisir.

Mais, faire taire votre mental c’est économiser 60% de votre énergie, c’est retrouver le sommeil, c’est sortir de vos addictions et du stress permanent.

C’est également arrêter d’avoir peur avant d’avoir mal comme dirait un de mes amis.

En effet, votre mental est le roi de l’anticipation négative.

Je vous dis tout dans cet article.

Votre mental vous manipule

Vous connaissez cette petite voix qui vous dit que vous n’allez pas y arriver, que vous êtes trop ceci ou pas assez cela ?

Que vous pourriez faire mieux, que vous n’êtes pas à la hauteur, que les autres sont mieux que vous ou doivent penser des choses sur vous ?

Cette petite voix qui vous dit qu’il va y avoir une catastrophe ?

Que le bonheur ne peut pas durer, que c’est trop beau pour être vrai ?

C’est ainsi qu’à l’époque où j’étais Stressée et un « tantinet » négative et extrêmement anxieuse, cette petite voix ne s’arrêtait jamais.

En effet, je ruminais mes peurs pour moi, pour les autres.

C’est pourquoi, le film que je me faisais était très négatif en général.

Tapie dans l’ombre cette petite voix attendait le moment où j’allais passer à l’action pour me faire, au mieux douter, voire trébucher ou au pire, carrément me paralyser.

A cause de cette petite voix, fruit de votre éducation, de votre conditionnement et de votre vision du monde, vous êtes à minima en sous régime par rapport à votre potentiel, au pire, complètement à côté de votre vie.

Pourquoi vous ne pouvez tuer votre mental ?

L’idée de tuer cette petite voix, ce qu’on appelle dans ce cas le mental, est donc tentante.

On l’assomme à coup de somnifères ou d’antidépresseurs.

On tente de l’étourdir avec des sensations fortes ou de l’alcool, de la nourriture… Rien n’y fait.

Le mental résiste. Il est bien entraîné. Conditionné depuis l’enfance, il est prêt pour le combat.  

Apprivoisez votre mental au lieu de vouloir le faire taire

Et si vous faisiez de votre mental un outil formidable ?  (Il l’est bien pour d’autres, pourquoi pas pour vous).

Et au lieu de le bâillonner ou de l’assassiner, que diriez vous plutôt de l’apprivoiser, afin qu’il devienne votre fidèle allié ?

En l’apprivoisant plutôt qu’en le tuant, vous serez déjà plus réaliste : il est impossible de ne plus se servir de son mental en réalité, et puis… qui a envie de devenir un être décérébré ?

Les conseils pour le calmer

Pour commencer calmer le mental par des méthodes corporelles classiques : massage, respiration, sport, yoga, danse, etc….

Ça vous aidera à prendre du recul, parfois beaucoup.

Même si ça ne changera pas votre comportement en profondeur. Pour réussir sur le long terme, vous pouvez aller plus loin :

  • Pour cela, je vous propose d’être vigilant-e au contenu de vos pensées. Bien sûr, il ne s’agit pas de surveiller chacune de vos pensées, vous en faites défiler des milliers et des milliers.

Arrêtez juste celles qui vous font mal ou vous freinent.

  • Utilisez les bons mots pour dire les bonnes choses. Par exemple dire « je me sens nulle » à la place de « je suis nulle », vous condamne beaucoup moins.

Être nulle c’est embêtant, très invalidant et juste impossible.

Verbaliser « Je me sens nulle » au lieu de vous condamner à l’être, vous permettra d’explorer cette sensation, et de la faire évoluer.

  • Ne mettez pas d’amplificateur sur vos difficultés : dès que vous racontez ou que vous vous racontez que « C’est affreux, épouvantable, horrible, terrible, dingue !!!!! » , vous vous plombez littéralement.

Vous forcez la négativité de votre pensée et augmentez en même temps le volume de vos émotions qui elles, activent des comportements automatiques (compulsion, blocage, fermeture…) qui vous nuisent.

Une chose peut être triste, ennuyeuse, ou gênante sans être catastrophique.

Quand vous évoquez quelque chose qui vous perturbe, vous avez toujours intérêt à le verbaliser de manière assez neutre.

Et ainsi ne pas vous laisser emporter par la vague.

  • Arrêtez le cinéma : quand on se fait des films (ça va mal se passer, c’est sûr, il va y avoir une catastrophe, cette collègue ne me sourit jamais, c’est sûr elle me déteste…) ce sont rarement des films où vous avez le beau rôle. Ce sont rarement des films positifs.

Vous ne pouvez jamais prédire comment les choses vont se passer.

Vous perdez donc beaucoup d’énergie à vous dire que « c’est sûr, votre patron va vous virer parce qu’il vous convoque» (en fait il veut peut être vous confier une mission, vous poser une question, qui sait ? Vous augmenter ?)

 « Votre fils va rater son bac parce qu’il ne bosse pas assez» (il ne travaille pas comme vous aimeriez mais qui sait, il a peut être des ressources et une super mémoire), 

« Vous n’y arriverez jamais » (c’est pas parce que vous n’y arrivez pas encore que vous n’y arriverez jamais).

Quand à faire des films sur le passé : « si j’avais passé tel diplôme, si je n’avais pas plaqué mon petit ami de l’époque, si ma mère avait été différente… », là aussi vous l’aurez compris, c’est très consommateur d’énergie et ne vous sert à rien.

  • Apprivoisez votre tension : L’outil que je vais vous proposer ici ne date pas d’hier : c’est la magnifique prière de Marc-Aurèle, empereur romain et philosophe stoïcien: la prière de la sérénité.

Elle est utilisée aujourd’hui partout à travers le monde par les groupes d’anonymes qui luttent contre leur dépendance et elle les aide à mieux gérer leur anxiété et donc à mieux diriger leur mental. En voici un extrait :

Mon Dieu donne-moi la sérénité,
d’accepter toutes les choses que je ne peux changer.
Donne-moi le courage de changer les choses que je peux,
Et la sagesse d’en connaître la différence.

Le texte complet est magnifique, et bien sûr, il ne s’agit pas de prier le Dieu d’une religion en particulier si cela ne vous inspire pas, mais bien de contacter la partie de vous qui sait : votre sagesse intérieure.

S’appliquer à soi-même cette demande permet déjà de prendre la distance avec de nombreuses situations.

Permet surtout de remplacer le disque rayé du négatif par ce disque là, qui lui, vous apportera beaucoup de justesse. (Vous pouvez vous répéter ces phrases en boucle pour occuper votre mental le temps de prendre du recul).

La règle devient alors simple :

  • Vous ne pouvez pas changer une situation ? Acceptez là ou confiez là à d’autres.
  • Vous avez le pouvoir de faire changer une situation ? Allez-y, un pas après l’autre, un jour après l’autre, même en tremblant.

Petit à petit vous arrêterez de vous battre contre les moulins à vent et votre mental s’apaisera.

Au début cela vous demandera de l’attention (donc un peu d’énergie), mais avec de l’entraînement et la force de l’habitude vous y parviendrez.

Je ne dis pas que c’est facile, mais c’est un cercle vertueux.

Conclusion :

Si vous ne savez pas, par où commencer, ni comment vous y prendre?Faites-vous aider.

D’autres ont réussi ce que vous voulez réussir : Observez-les, apprenez d’eux, demandez leur de vous enseigner, inspirez vous et petit à petit, vous trouverez votre propre style.

Votre mental est fait pour vous aider à élaborer les projets que lui dicte votre cœur (ceux qui vous nourrissent et vous animent). Ce n’est pas parce que vous ne savez pas encore l’utiliser correctement que ce n’est pas faisable.

[1] citation : http://evene.lefigaro.fr/citations/mot.php?mot=mental
[2] texte inspiré de Rose Marie Richon, créatrice de réconciligne. Décédée en 2017

Categories
Corps psychique Corps spirituel

Octobre Rose : Et si on agissait avant la survenue du cancer ?

« Préserve ton corps, c’est ton vaisseau, ton vaisseau pour naviguer sur le fleuve de la vie. »

Citation de Maxalexis ; Le fleuve de la vie (2014)

Octobre Rose

Tous les ans octobre prend la couleur rose afin de lutter contre le cancer du sein.

Au cours de mes 30 ans de carrière en tant que manipulatrice en radiologie médicale, j’ai eu l’occasion de réaliser environ 1000 mammographies. 

Pour chacune d’elle il y avait un questionnaire fait aux patientes. 

Au fil des années et avec mon intérêt pour les médecines alternatives et holistiques, j’ai pris le temps de poser quelques questions supplémentaires et de tenir (pour moi), des statistiques sur les liens entre le développement des cancers du sein et l’histoire de vie des patientes.

Ce que j’ai constaté, c’est le lien dans 85 à 90% du temps entre un choc émotionnel et la découverte du cancer.

Ces chocs contrairement à ce que l’on pourrait croire n’étaient pas nécessairement des événements de vie désagréable. 

J’ai certes relevé :

  • les divorces,
  • deuil du conjoint,
  • départ des enfants ou
  • maladie d’un enfant ou petit enfant. 
  • Mais aussi le fait de marier sa fille ou de devenir grand-mère.

Pourquoi certaines personnes dans ces situations développent un cancer et pas d’autres ?

Je ne saurais répondre à cette question qui reste aussi sans réponse de la part de la médecine. 

Par contre, le progrès est justement l’acceptation sur le plan médical de la cause émotionnelle qui a pendant très longtemps été rejetée. 

Cette cause peut aussi remontée à l’histoire de la petite enfance et dans le lien mère/enfant… C’est ce qui ressort des personnes présentant un cancer du sein et venues faire un suivi en plus de leurs soins médicaux. 

Important de libérer ces chocs qui ont créés une empreinte dans les cellules et qui active à plus ou moins long terme la « mal à dit ». 

Que nous dit le décodage biologique ? [1]

Grand stress pour l’intégrité du nid (foyer) en rapport avec les enfants ou le conjoint en fonction du côté.

Au sens figuré, le sein est le cœur, la partie intérieure et intime d’une chose. Le nid du petit.

Il représente la chaleur, l’affection, l’amour maternel.

Les pathologies des seins touchent prioritairement les mamans « super women » pour leurs enfants en voulant tout leur donner pour être une parfaite bonne mère.

Apparait quand le lâcher prise s’opère.

et la bioanalogie ? [2]

La fonction première du sein est de nourrir la descendance.

La peur et le stress envers ses enfants entraine un stress qui augmente la masse pour mieux nourrir.

En fonction de la localisation :

  • Invitation à intégrer que ce n’est pas ce que je FAIS pour mes enfants qui est nourrissant, mais de ce que je SUIS.
  • Invitation à cesser de vouloir un lien pour « nourri » l’autre.

Ce qui veut dire que le cancer survient APRES que le choc ou le comportement s’arrête. D’où l’intérêt de comprendre et de libérer émotionnellement pour éviter ce déclenchement.

Quelles autres causes possibles sont explorées en naturopathie ?

Sur le plan physique :

Les cycles menstruels, eux même en lien avec les émotions mais également l’alimentation. 

Le fait d’avoir pris un contraceptif oral très jeune. Ce qui est le cas des femmes qui avaient 16 ou 17 ans dans les années 80, où l’amour libre était associée à cette liberté de la femme sans risque de grossesse. 

Sur le plan émotionnel :

Les chocs en rapport avec la maternité et le couple. Et le lien entre la mère et l’enfant. Donc en tant qu’enfant (séquelle de traumatisme) ou en tant que mère (en rapport avec son ou ses enfants).

Quels aliments éviter quand on souffre d’un cancer du sein ?

Lorsqu’un cancer du sein est là où que les cycles sont perturbés, il est important de faire attention à tous les aliments pouvant augmenter les troubles. 

Aliments dit œstrogènes like. 

  • Comme le soja,
  • les graines de lins,
  • ou la sauge. 

Conclusion :

S’occuper de Soi, comprendre ses fonctionnements, sortir des traumatismes de vie de son histoire personnelle, arrêter de reproduire toujours les mêmes comportements, vivre enfin en paix à l’intérieur et la joie au cœur.

C’est le chemin que j’ai décidé de suivre AVANT de sombrer dans une maladie au delà des douleurs chroniques (physiques et émotionnelles) que je supportais depuis de longues années.

Le fruit de cette expérience de vie, des formations que j’ai suivi me permet aujourd’hui de vous apporter cette aide que j’ai reçu.

Et même si la « mal à dit » est là, il n’est pas trop tard pour entamer le chemin du mieux être.


Voilà bon octobre rose et toute ma compassion à vous toutes, femmes qui avez traversé ou qui traversez cette épreuve de vie.


Souhaitant que cet article vous ait aidé d’une certaine façon.

[1] : Biodico de Bernard Tihon – [2] : Bioanalogie de Jean Philippe Brébion
Categories
Corps émotionnel Corps psychique Corps spirituel

9 gestes gentils qui diminuent le stress

Dans notre société, et surtout en tant de crise, le repli sur soi entraine un individualisme qui gagne du terrain.  Ce repli entraine du stress et du mal être intérieur.

Il suffit de peu de choses pour faire changer la tendance. Un geste simple peut rendre une relation plus humaine et rendre à son tour plus serein-e.

Un geste simple pour moins de stress.

« J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé. »

Voltaire

I- Sourire

Avoir le sourire en donnant le sourire. Un geste simple pour moins de stress.

Quand vous souriez, vous sécrétez de la sérotonine et des endorphines qui vont vous faire du bien.

Mais surtout, vous amènerez aussi le sourire sur les lèvres des personnes que vous croiserez.

Le sourire fait baisser la garde aux craintifs et améliore les relations.

Même si certaines situations peuvent être agaçantes, en gardant le sourire cela passe mieux.

Un sourire vrai, se fait avec la bouche, mais surtout avec les yeux et le cœur ouvert.

Sentir le sourire en Soi, dans chacune de ses cellules. Sourire de tout son être.

Ce qui le transforme en un geste précieux pour Soi et pour les autres.

Quand vous souriez, votre cerveau ne sait à qui vous le faites et il répond chimiquement au geste imprimé (sourire) par la bonne sécrétion d’hormone.

Sourire dans la rue vous permettra de bien commencer votre journée et contaminera les gens qui vous croiseront. Peut-être même que certains passeront une meilleure journée grâce à vous. 

Et puis sourire, apporte une nouvelle expression à votre visage, qui en vieillissant vous donnera cet air de bienveillance en opposition à certains visages fermés par l’adversité.

II- Pardonner ce que l’on ne peut changer

D’un point de vue étymologique, le pardon provient du latin perdonare et désigne l’action de « donner complètement ».

C’est une démarche intérieure plus qu’extérieure. Et le comprendre permet de rendre ce don surtout à soi-même pour remettre de la paix au cœur.

Bien-sûr, certaines personnes sont moins rancunières que d’autres, mais quoiqu’il arrive, c’est un chemin qui demande un certain apprentissage. 

Pardonner est avant tout un chemin pour Soi, avant d’être un chemin pour l’autre. Il y a des choses que l’on peut estimer pardonnable et d’autres dont on se dit que non, on ne pourra jamais.

Apprendre à donner son pardon pour des petites choses et peu à peu, vous saurez pardonner les blessures plus profondes. 

Ces blessures profondes, les pardonner c’est s’en libérer. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’exprimer à la personne qu’on lui pardonne ce qui dans son comportement ou attitude ne peut l’être (viol – agression etc…).

Toutefois, faire cette démarche intérieure de pardon envers la conscience plus élevée en la personne, vous apportera à Vous une paix.

Au quotidien, l’idéal est de se demander pardon avant de se coucher pour les petits comportements désagréables que vous avez eu envers vous-même ou envers l’autre, afin de commencer une nouvelle journée sans rancœur (qui rend le cœur rance). 

Pardonner c’est aussi, permettre à son corps de se libérer des poids énergétiques émotionnels qui l’encombrent.

Un geste simple pour moins de stress.

III- Visiter une personne seulesolitude

On a tous dans notre entourage une grand-mère, un voisin ou une amie qui souffre de solitude. 

Lors du 1er confinement, j’ai pris ce temps d’aller visiter mes vieilles voisines et cela leur a fait autant de bien que j’ai pu en recevoir en retour.

Un coup de téléphone ou une visite de temps en temps pour prendre des nouvelles.

Passer 5 minutes pour s’assurer que la personne va bien.

Lui proposer votre aide (pas en se positionnant en sauveur), en lui disant de vous appeler quand elle en a besoin (pour une course ou autre si elle est en incapacité de le faire).

 Voir la joie de la personne vous comblera

IV- Faire un don

Les associations sont nombreuses et il y a toujours au moins un sujet qui nous touche et pour lequel nous aimerions faire quelque chose.

Ces associations d’aident à l’autre (sans abri – enfants maltraités – enfants malades – cancer – aide à l’étranger, donner son sang etc…) ont besoin de soutient et faire un don, c’est donner avec le cœur ce qui vous tient à cœur.

En gardant en tête l’esprit de gratuité.

Si vous signez votre chèque en pensant à vos déductions des impôts, cela mettra une ombre au tableau.

Donner à une œuvre c’est déjà choisir le pourquoi et à qui vous souhaitez donner.

C’est un acte de charité dans le sens d’être charitable et aimable.

(Personnellement mon choix c’est porté sur les villages d’enfants En France, car la maltraitance des enfants me touche l’ayant vécue moi-même).

V- Donner du temps à ses enfants

La journée touche à sa fin et on a hâte de voir les enfants couchés pour prendre un peu de temps pour soi.

Mais voilà, eux aussi ne vous ont pas vu de la journée et ils ont comme tous les enfants besoin de vous.

Leur donner ces moments si précieux est aussi vous donner pour vous ! 

Cela renforcera la confiance entre vous et vos enfants. Ils seront certains de trouver chez vous un véritable réconfort. 

Dans votre emploi du temps, il y a le temps Chronos de l’horloge et le temps Kairos.

Ce temps Kairos est celui de la qualité de vie, c’est le temps du don, de la confiance en soi de l’estime de Soi.

Et si vos enfants sont des adultes, cela reste des moments privilégiés pour eux et vous.

Accueillir leurs soucis, leurs bonheurs, leurs confidences et entretenir cette complicité qui fait chaud au cœur.

Et un geste simple pour moins de stress.

VI- Ecouter de façon active

Tous les jours, une collègue vous confie ses galères et ses soucis.

Bien sûr, il y a des personnes qui se raconte tous les jours uniquement parce qu’elles ont besoins de vider « leur poubelles » et de se regonfler à bloque au niveau énergétique.

Alors parfois vous pensez à autre chose ou à ce que vous avez à faire ou à établir le programme de vos prochaines vacances pendant qu’elle se lamente.

Façon de vous échapper de la misère de l’autre et de ne pas avoir l’impression de perdre votre temps.

En écoutant vraiment ce qu’elle a à dire au-delà de la plainte et en lui demandant de quoi elle a besoin, et/ou dans quelle mesure vous pouvez l’aider ; vous saurez si c’est juste de la plainte ou si elle est en détresse.

Votre empathie la touchera et vous pourrez l’aider. Elle ira mieux et n’aura plus ce besoin de le se lamenter tous les jours.

VII- Faire des compliments

On a plus souvent tendance à critiquer qu’à faire des compliments. 

Complimentez votre enfant quand il fait un effort ou un progrès mais aussi quand il rate.

Et oui, en évitant de critiquer, de dévaloriser ou de « punir » la faute mais au contraire en focalisant sur ce qui a raté en aidant à améliorer par votre soutient lui permettra de trouver la confiance en Soi.

Et pour vous, une plus grande sérénité face à l’échec de cet enfant.

Complimentez votre collègue pour sa une nouvelle coupe de cheveux, complimentez le cuisinier qui vous a régalé au restaurant, complimentez votre conjoint gratuitement ! 

Complimenter est une façon de montrer sa gratitude et de nourrir des relations.

La vie devient tout de suite beaucoup plus positive. 

VIII- Rendre service dans la rue

Dans la rue ou le métro, c’est chacun pour soi !

Mais cette maman qui lutte pour monter sa poussette dans les escaliers, cette personne mal-voyante ou se voyageur qui semble désorienté, on peut les aider.

Et ils vous seront plus reconnaissants que vous ne le pensez. 

Il est fort à parier que ceux qui vous verront seront touchés et feront de même à la prochaine occasion.

C’est ce que l’on appelle l’effet papillon.

IX- Être courtois au volant

S’il y a un endroit où l’agacement et l’agressivité sont légion, c’est bien dans sa voiture.

Sur la route, la courtoisie est une valeur en voie d’extinction. Au lieu de klaxonner pour une demi-seconde après que le feu soit passé au vert, patientez le temps de 3 respirations.

Dans les bouchons ? Souriez à vos compagnons de galère au lieu de râler.

 Vous serez vous-même plus détendu et le temps vous semblera moins long.

Tous ces petits gestes, sont autant de pépites pour cultiver l’abondance et le bonheur à l’intérieur de Soi, en le faisant rayonner dans le monde.

Conclusion :

Gérer son stress et vivre avec sérénité passe aussi par tous nos gestes et comportements du quotidien.

Expérimenter ces quelques conseils et voir son cœur se remplir de joie!!

https://www.passeportsante.net/fr/psychologie/Fiche.aspx?doc=sourire

https://www.passeportsante.net/fr/psychologie/Fiche.aspx?doc=pardonner

Categories
Atelier en présentiel

ENSEIGNEMENT DE LA TRANSMISSION VIBRATOIRE dates 2022-23

L’enseignement de la Transmission Vibratoire® est une des pierres, qui a fait de moi celle que je suis aujourd’hui.

Et, j’ai le grand bonheur de pouvoir transmettre cet Enseignement sur les 5 premiers niveaux qui en comptent 8.

Voici quelques précisions sur les bénéfices que vous pouvez en attendre.
Extraits issu du site de son créateur : Pascal Lefèvre

Qu’est-ce que la Transmission Vibratoire® ?

La Transmission Vibratoire®  est l’exploitation de la possibilité qui nous est offerte d’utiliser l’Énergie de vie par la réception volontaire, consciente et accrue de cet Élément fondamental.

L’Enseignement propose alors à chacun de nous, de façon simple, naturelle et progressive, de pouvoir faire l’acquisition d’une intensité vibratoire plus élevée et ainsi d’utiliser ce nouveau potentiel afin de pouvoir :

  •  ACCROÎTRE le bien-être de sa propre personne et de son entourage par un simple placement de mains approprié,
  • GÉRER consciemment et efficacement nos apports énergétiques,
  •  CERNER le rôle capital que chacun a dans sa vie et pour sa vie,
  •  DÉCOUVRIR les possibilités extraordinaires de la pensée humaine afin que celle-ci soit utilisée à bon escient,
  •  VIVRE émotionnellement mieux en découvrant la physiologie du corps émotionnel,
  •  AVOIR un regard nouveau et éclairé sur les croyances et les.concepts qui induisent nos états et nos comportements,
  •  DÉVELOPPER notre intuition jusqu’à ce qu’elle puisse nous aider quotidiennement.

A qui est réservée cette pratique ? 

Cette approche est accessible à toutes les personnes de plus de 18 ans, qui souhaitent progresser dans la voie du soulagement, de l’épanouissement, de la découverte de Soi et des Autres et de la compréhension de la vie humaine ainsi qu’à tous ceux qui souhaitent vieillir le moins vite possible.

Elle est donc dédiée à toutes les personnes qui trouvent normal d’en savoir plus sur leur vie aujourd’hui qu’au début de leur existence, au regard des principes, des lois naturelles qui nous font fonctionner et qui nous permettent d’exister.

La Transmission Vibratoire® est faite et organisée pour que chacun d’entre nous puisse être dynamisé, révélé et ainsi puisse accéder à ce qui lui correspond et ce pour quoi il est fait.

En effet nous ne sommes pas tous dédiés à faire les mêmes choses, à exercer les mêmes professions, à avoir les mêmes aspirations.

La vie est faite pour que chacun puisse découvrir en quoi il est doué.
L’ETV est ainsi calé pour nous faire accéder à cette haute Normalité.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article :

Enseignement de la transmission vibratoire

Dates :

  • Niveau 1 : Samedi 16 juillet 2022 de 14h30 à 17h30 et Dimanche 17 juillet 2022 de 9h à 11h30 à SOMMEVAL (10)
  • Niveau 1 : Samedi 3 septembre 2022 de 14h30 à 17h30 et Dimanche 4 septembre 2022 de 9h à 11h30
  • Niveau 4 : Samedi 19 novembre 2022 de 9h30 à 17h30
  • Niveau 1 : Samedi 7 janvier 2023 de 14h30 à 17h30 et Dimanche 8 janvier 2023 de 9h à 11h30
  • Niveau 2 : Samedi 11 février 2023 de 14h30 à 17h30 et Dimanche 12 février 2023 de 9h à 11h30
  • Niveau 3 : Samedi 13 mai 2023 de 14h30 à 17h30 et Dimanche 14 mai 2023 de 9h à 11h30
  • Niveau 4 : Samedi 18 novembre 2023 de 9h30 à 17h30
  • Niveau 5 : Samedi 9 décembre 2023 de 14h30 à 17h30 et Dimanche 10 décembre 2023 de 9h30 à 17h30

Lieu :

14 avenue des libellules 77270 Villeparisis

Me contacter :

Tel : 07 88 25 94 68

Mail : allemoz.corinne@gmail.com