Votre corps est votre maison, on ne peut pas l’abattre ni la reconstruire, c’est pourquoi il est important de l’entretenir pour ne pas la voir se délabrer.

Dr David Perlmuter

Histoire du sucre [1]

Avant le moyen âge, le sucre était un aliment complètement inconnu.

Il apparaît à la cour au retour des croisades.

Les Arabes ayant découvert la canne à sucre en Inde au X°s.

La consommation du sucre commence au XVI°s lors des 1ères plantations de canne à sucre au Brésil par les Portugais.

Au XIX°s, la révolution industrielle et l’embargo sur la canne permet le développement du sucre de betterave.

C’est l’explosion.

Le sucre envahit tout : pâtisserie ; boulangerie ; limonades ; bonbons.

De la prospérité à la catastrophe sanitaire :

Au XIX°s, être obèse était signe de richesse et de réussite bourgeoise.

Il faudra attendre les années 1990 pour se rendre compte de l’ampleur de la catastrophe du sucre sur notre santé.

Dès les années 60 aux Etats Unis, des mises en garde contre le sucre sont lancées, sans résultat auprès des industriels.

Aujourd’hui en France, la consommation moyenne par habitant est de 39Kg et de 79Kg aux USA.

Le sucre aussi puissant que l’héroïne [2] :

Lorsque nous consommons du sucre, il se produit un déséquilibre au niveau sanguin.

Ce qui entraîne une décharge d’insuline ; hormone qui régule le sucre dans le sang ; par le pancréas, afin de rétablir l’équilibre.

Ce pic d’insuline, va provoquer une chute trop brutale du taux de sucre dans le sang, ce qui entraîne une hypoglycémie compensatrice.

Cette hypoglycémie donne la sensation d’un “coup de pompe”, avec anxiété, angoisse, fatigue, baisse de l’activité cérébrale.

La réaction va donc être de consommer à nouveau du sucre pour retrouver la “pêche”.

Le cercle vicieux est lancé.

Que se passe-t-il dans notre corps ?

L’insuline, en abaissant le taux de sucre l’envoi vers les cellules pour le stocker et le consommer.

Gavées, les cellules le transforment en graisse ce qui provoque l’obésité.

De plus, elles entrent en résistance pour ne plus supporter ce gavage et ferment leur porte à l’insuline.

Le sucre reste dans le sang : c’est le diabète.

Les inconvénients du sucre sur notre organisme [4]

L’augmentation de la glycémie (taux de sucre dans le sang), inhibe certains neurotransmetteurs comme :

  • La sérotonine (hormone du bien-être)
  • La noradrénaline (hormone régulatrice des émotions)
  • GABA (calme le stress neuronal)
  • La synthèse des vitamines du groupe B (régulatrices du système nerveux).
  • Diminution du magnésium (bon fonctionnement du système nerveux et du foie).
  • Stimulation de la production de molécules contenant de l’oxygène (réactions inflammatoires qui durcissent et rétrécissent les artères du corps et au niveau cérébral : c’est l’athérosclérose).

Vous comprenez pourquoi il a un rôle majeur dans le dérèglement de vos humeurs.

Sortir de ce cercle vicieux 

Un arrêt progressif des sucres consommés va rétablir l’harmonie dans le corps.

Si vous êtes “accros”, cela sera un peu compliqué au début mais très bénéfique sur le long terme.

Surveillez les étiquettes des produits que vous achetez :

  • Sirop de glucose
  • Fructose
  • Saccharose
  • Maltose

Sont les différents noms que vous pouvez trouver pour nommer le sucre.

Si vous finissez votre repas par un dessert sucré, préférez des noix, noisettes ou amandes à la place.

La dépendance s’estompe au bout de quelques jours et la vitalité revient vite.

Les différents sucres [3]

A éviter au maximum :

  • Sucre blanc de betterave : En raison des lavages subit lors de sa fabrication, il est dépourvu de minéraux et de vitamines. Il est très hyperglycémiant.

Un peu moins mauvais :

  • Sucre roux de canne : lui aussi est lavé et donc sans intérêt nutritionnel

Avec modération :

  • Vergeoise: Issu du sucre de betterave mais moins lavé donc plus riche en minéraux (calcium, fer, potassium, vitamine B). Elle est acceptable mais son pouvoir hyperglycémiant doit la faire consommer avec modération. On la trouve surtout dans le nord de la France.

A consommer seul car l’acide formique qu’il contient inhibe la digestion des aliments ingérés en sa présence. Très hyperglycémiant car riche en glucose 1 cuillère à café par jour suffit.

  • Le miel : Sucre naturel fabriqué par les abeilles, il est riche en vitamines A, C , E, B. Aussi potassium, magnésium, calcium, fer. Son goût varie en fonction des fleurs.

Le plus acceptable bien qu’hyperglycémiant comme les autres :

  • Sucre complet de canne : Vient du broyage et de la déshydratation de la canne à sucre. Son goût rappelle le caramel et la réglisse. Riche en vitamines du groupe B et en minéraux : potassium, magnésium, calcium, phosphore, fer.

Conclusion [4]

Il ne faut pas attendre que votre maison tombe en ruine pour envisager la réparation, sinon la seule solution est de l’abattre et de tout reconstruire.

Réduire votre consommation de sucre c’est préserver votre maison du diabète, de l’athérosclérose, d’Alzheimer, de Parkinson, de la Sclérose en plaque et des maladies cardio-vasculaires.

Dans un prochain article nous verrons  les autres sucres, ceux dits lents.

[1]Pierre Dockès : Le sucre et les larmes.
[2] Jean Claude Dupuis (article sur le net)
[3] Michel Dogna (article sur le net)
[4] Dr David Perlmuter : Ces glucides qui menacent notre cerveau.

 

Vous souhaitez en parler ? je vous offre un appel découverte. -> Cliquez ici