Hypersensibilité 

« N’oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu’à celles-là nous y obéissons sans le savoir. »              
Vincent Van Gogh

 

« A fleur de peau »

Mon hypersensibilité a été pendant très longtemps la cause de mes maux physiques, mais aussi de mes déboires relationnels et affectifs.
Et pourtant, elle a aussi été la conséquence de ce que je suis aujourd’hui.
Sans cette hypersensibilité, je n’aurais pas compris tous les messages et les ressentis qui m’ont permis et changer et d’évoluer “. 

                                                                                                Corinne allemoz

 

Pour comprendre comment faire de votre hypersensibilité une force, voyons ce qu’est l’hypersensibilité, ses caractéristiques, ses avantages et ses inconvénients et surtout comment en sortir grandi dans sa vie.

 

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ? [2]

 

L’hypersensibilité est un tempérament.

Elle désigne soit :

  •  Une intense réceptivité
  •  Une forte émotivité
  •  Une grande expressivité.

 

 

Comment se manifeste l’hypersensibilité ?

On retrouve plusieurs tendances :

  • L’impression de vivre à fleur de peau
  • D’être toujours à vif, sans filtre protecteur
  • D’avoir besoin de temps pour assimiler les informations
  • De ne pas supporter la violence, le bruit, l’agitation.

Hypersensibles : trop sensibles pour être heureux ?

 

Naît-on hypersensible, ou le devient-on ?

L’hypersensibilité est liée à notre histoire depuis notre conception.

Si la vie utérine a été difficile, pour la mère ou l’enfant par exemple, le développement d’une hypersensibilité peut se créer.

Mais aussi si dans l’enfance, des traumatismes ou la perception des choses vécues a été traumatisante.

Elle sera d’autant plus grande, si elle est rejetée par les proches.

” Dans mon enfance, je pleurais facilement face à des choses qui me choquaient ; cet état entraînait moqueries et rejets de la part de ma fratrie (selon ma perception de l’époque) “.[1]

 

Pourquoi vit-on mal son hypersensibilité et quelles sont les conséquences pour l’organisme ?

L’intensité des ressentis émotionnels et le rejet entraînés de la part de l’entourage, peut provoquer une dévalorisation de soi.

Pour l’éviter, souvent nous nous coupons de nos ressentis, ce qui use énormément d’énergie et fatigue l’organisme avec excès.

” Pour cacher mon hypersensibilité et ne pas laisser déborder les émotions, je suis devenue hyperactive, avec un corps complètement en tension permanente.
La moindre remarque ou réflexion était perçue comme une agression et je répondais selon ce ressenti, avec agressivité et violence.
En contrepartie, j’entrai dans la sur coopération pour aider (ceux qui ne me demandaient rien), sans comprendre leur rejet.
Cet état d’être a été le déclencheur de mes troubles articulaires et digestifs (en plus de l’alimentation non équilibrée à ce moment là pour compenser), et également mon addiction au tabac.”[1]

 

Vivre son hypersensibilité avec joie et harmonie

 

Quand on comprend que cette hypersensibilité est en fait une chance, alors il est possible d’en faire un atout.

” Mes premiers outils vers le mieux être ont été le taichi et la compréhension de mes mécanismes et comportements.
L’alimentation m’a permis d’aider mon corps dans son processus de détoxination “. [1]

 

 

1. Calmer le corps et le détendre

Pour cela, il est important de prendre conscience de nos tensions corporelles. Souvent le corps est tendu, sans que nous le ressentions. La grande faculté d’un hypersensible est justement la perception. Ressentir chaque partie de son corps, jusqu’au plus profond de soi, apaise et apporte de grandes joies intérieures.

Des disciplines comme le taichi, le yoga, le qi cong, l’escalade ou autres sports qui mettent le corps en conscience peuvent vous aider à prendre conscience de votre corps et l’apaiser.

 

2. Apaiser les pensées 

La perception du monde d’un hypersensible, lui fait beaucoup réfléchir et tout décortiquer.

Apprendre à calmer le mental est tout aussi important que de calmer le corps.

Apaiser l’un aide à apaiser l’autre.

Des pratiques comme la méditation et la relaxation, permettent ce lâcher-prise.

 

3. Accueillir et vivre ses émotions 

Avoir une bonne hygiene émotionnelle comme nous l’avons vu dans l’article du mois dernier.

Développer sa créativité, quelque soit le domaine (chant, musique, peinture, couture etc..)

Se connecter à son intuition, très développée chez un hypersensible.

 

4. Comprendre ses mécanismes comportementaux

Quand on est hypersensible, on a souvent une grande empathie. Au point de mélanger cette empathie naturelle avec une manifestation néfaste de trop en faire pour autrui au point de ne pas se respecter et de ne pas respecter l’autre non plus.

” J’ai souvent fait le lit de mes déboires relationnels pour ne pas avoir compris cela assez tôt dans ma vie “. [1]

Accepter sa vulnérabilité et sortir du schéma de la super woman qui veut faire croire qu’elle peut tout gérer.

” Accepter cette vulnérabilité est aujourd’hui m’a plus grande force ” . [1]

 

5. Une hygiène de vie équilibrée

Quand on est hypersensible, on a encore plus besoin que les autres de respecter son hygiène de vie globale.

  • Une alimentation qui nous corresponde (équilibrée, digeste, mesurée, personnalisée, naturelle)
  • Des rythmes de sommeil suffisant pour être récupérateur
  • Une hydratation suffisante.

 

Conclusion 

Accepter son hypersensibilité, permet de prendre conscience de ce que l’on est au fond de soi, de l’exprimer pour s’en libérer et vivre ses émotions dans la joie et le bonheur.

 

[1] Note personnelle de Corinne Allemoz
[2] Saverio Tomasella psychanalyste et auteur de : « A fleur de peau ».

 

Vous souhaitez en parler ? je vous offre un appel découverte. -> Cliquez ici