Categories
Emotions

La méditation au service de notre bien être

Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde.

Bouddha.

Introduction :

La vie occidentale est source de stress et de déséquilibre permanent. [1]

Les personnes stressées qui vivent une impression de menace chronique, fabriquent trop de cortisol et peu à peu leur anxiété se transforme en dépression [2]

La base de notre pyramide de bien-être repose sur 4 piliers fondamentaux à notre sérénité et notre vitalité. Cette base représente pour notre inconscient quand elle est en équilibre le départ vers une possibilité d’évolution personnelle se référant à la pyramide des besoins de Maslow.

Ces 4 piliers sont :

Dans les moments d’épreuves ou les moments difficiles nécessitant d’accepter de perdre la maîtrise de sa vie, la méditation accompagne et nous soutient en permettant à notre corps de maîtriser nos émotions .

Les effets néfastes du stress :

Plus on est en état de stress, de peurs, d’anxiété ou de dépression, plus les effets sur notre corps s’accentuent entraînant un déséquilibre sur les bases de notre vitalité.

  • Manque de sommeil ou sommeil de mauvaise qualité et non réparateur (article ICI)
  • Changement des comportements alimentaires (compulsions, anorexie, boulimie, augmentation des quantités). (article ICI)
  • Démotivation à toute activité physique ou sportive avec diminution de plus en plus intense de bouger (Article ICI)
  • Augmentation des états de stress avec une accentuation de plus en plus accrue des 3 autres paramètres ci-dessus. (article ICI)

Pour aider à pallier durablement cet état d’être et ainsi cultiver le calme intérieur, la pratique de la méditation est de plus en plus encouragée par le monde médical.

« Méditer régulièrement peut apaiser et revitaliser profondément les personnes stressées ». [2]

Une étude publiée en 2015 [3], montre que méditer en pleine conscience est plus efficace que l’effet placebo pour lutter contre la douleur.

Les chercheurs encouragent une pratique régulière pour apprendre à se maîtriser physiquement et émotionnellement.

Ceci est d’autant plus vrai pour toutes les personnes dont le terrain naturel est psycho émotionnel [6]. Ce qui est notamment le cas des hypersensibles (article ICI).

Pourquoi méditer :[5]

  • Prendre soin de soi et de son mental
  • Vivre pleinement le moment présent
  • Se vivre mieux tout en acceptant ses équilibres et ses déséquilibres.
  • Entraîner son mental et retrouver la sérénité

« Apprendre à méditer pour vivre pleinement chaque instant, et non plus exister comme en pilote automatique »

Petit BamBou

Les bienfaits de la méditation :

Il a été démontré que la méditation participe à l’amélioration de beaucoup de paramètres de notre santé globale, tels que :

  • Le ralentissement du vieillissement cellulaire
  • Amélioration de l’attention et de la concentration
  • Diminution des maladies auto-immunes
  • Diminution des états de la dépression
  • La gestion des émotions
  • Augmentation de la créativité
  • Augmentation des performances cognitives et scolaires
  • Diminution des troubles anxieux.
  • Diminution des fringales
  • Amélioration du sommeil et de la vitalité globale.

Ces effets sont désormais mesurables par différentes études faites sur les patients qui ont essayés [2].

Comment méditer :

Il existe différentes formes de méditations.

  • Silencieuse
  • En musique
  • Guidée par une voie sur différentes thématiques
  • Mental-waves (qui utilise les fréquences de notre cerveau pour l’apaiser [4]

Apprendre à se mettre en mode « reset », c’est-à-dire en étant aligner au niveau de nos 3 corps ; mental – émotionnel et physique peut se faire rapidement grâce à une respiration maîtriser et volontaire.

Importance de la respiration en méditation :

La respiration est une des seules choses que nous pouvons maîtriser sur notre système automatique.

La respiration volontaire ou autre technique comme la cohérence cardiaque sont une base fondamentale pour la gestion des émotions.

Maîtriser sa respiration dans les événements du quotidiens permet dans l’instant de rester centré face à un danger ou une montée d’angoisse.

Apaiser le corps pour apaiser l’esprit.

En effet, le stress enclenche une hyperventilation spontanée. La reprise de contrôle sur la respiration va permettre de corriger la pression en dioxyde de carbone (CO2) et prévenir ainsi l’emballement de la panique.

La méditation guidée :

Cette forme de méditation est très intéressante quand on débute la méditation.

Elle permet d’apprendre progressivement à se poser, à respirer en conscience et surtout grâce à la guidance par la voie de ne pas s’échapper dans les pensées incessantes de notre mental ou tout simplement de s’endormir sur place.

Il existe aujourd’hui des sites ou des applications que l’on peut mettre sur son portable et qui propose des thèmes de méditations pour toutes les situations de la vie de l’enfance à l’âge adulte et aux séniors. [5]

Je l’utilise personnellement depuis plusieurs années et cela m’a même aidé une année à me préparer mentalement pour une randonnée de 16 jours à défaut d’être préparée suffisamment physiquement. Cette préparation mentale a fait ensuite ses preuves lors de la randonnée ou les difficultés sont passées de façon sereines et positives.

La méditation mental-waves :

Cette forme de méditation utilise des musiques basées sur nos fréquences cérébrales (article ICI).

Elle peut aussi allier la cohérence cardiaque qui est une respiration sur 5 temps.

Voici ci-dessous deux liens de cette forme de méditation à la fois apaisante et active.

Cohérence cardiaque avec musique wave :

Méditation mental-wave

J’aime utiliser ces méditations quand j’ai eu besoin de beaucoup de concentration ou après des séances individuelles de naturopathie parfois éprouvante en fonction des problématiques évoquées.

Également en cas de fatigue accrue par trop d’activités quotidiennes.

La méditation silencieuse :

Cette pratique de méditation est recommandée quand on a un peu plus d’expérience de la méditation.

Elle demande d’y aller progressivement en commençant par 5 minutes, puis 10 minutes, puis 20 minutes à 30 minutes voir plus.

Au bout de 20 minutes après une certaine agitation cérébrale, il y a un calme qui s’installe d’un seul coup et met dans un état de pleine conscience qui permet de se connecter à son cerveau droit et à son intuition.

Cette pratique méditative aide à :

  •  Laisser les idées arriver.
  • Se connecter à une certaine intuition.
  • Lâcher prise
  • Retrouver la paix et le calme de façon profonde
  • Également pour envoyer des intentions positives (amour, paix dans le monde…)

J’utilise cette méditation pour me mettre en route le matin. Quand je veux développer un projet et que tout se bouscule dans ma tête par un foisonnement d’idées.

Cette forme de méditation permet de ramener le calme et de clarifier les choses. Et ensuite, de travailler avec une parfaite efficacité en ayant des « flash » sur la conception du projet et sa mise en œuvre, ceci avec une efficacité accrue.

Conclusion :

Méditer à donc plusieurs avantages aussi bien sur le mental, sur l’état émotionnel que sur la détente corporelle qu’elle engendre.

Cette technique est une vraie thérapie en elle-même tout en servant d’atout à une meilleure vitalité quotidienne.

J’ai commencé personnellement la pratique de la méditation à la suite d’un burn out, et progressivement cela m’a aidé en parallèle des autres pratiques d’hygiène de vie globale instaurées dans ma vie pour en sortir sans aucun médicament.

Ref :
  • [1] Eric Garnier Sinclair (technologie et méditation – Taichi mag n°10)
  • [2] Christine Barois : psychiatre et auteure de « pas besoin d’être tibétain pour méditer ». Editions Solar.
  • [3] Etude publiée dans la revue scientifique : The journal neuroscience
  • [4] Alex Miche : chercheur dans les états modifiés de conscience et créateur de musiques thérapeutiques.
  • [5] Site internet petit Bambou : https://www.petitbambou.com/fr/
  • [6] test Bionalys des laboratoires Copmed, m’envoyer un mail pour connaitre votre terrain.
Categories
Emotions

Fréquence vibratoire et bien-être sans stress

 

Parfois dans la vie, on a le sentiment de croiser des gens du même univers que nous. Des humains, différents des autres, qui vivent sur la même longueur d’onde, ou dans la même illusion.

Agnès Ledig (Juste avant le bonheur)

 

 

Et vous, sur quelle fréquence vibrez-vous ?

 

Le vibratoire fait partie intégrante de notre vie. Et tout notre corps répond à ces fréquences diverses qui nous traversent au quotidien.

Notre cerveau lui-même en fonction de nos activités vibre sur des fréquences différentes.

 

Le son et la fréquence des sons ont une influence directe sur notre bien-être et/ou notre mal-être.

Pour imager cela, voici des liens vers deux séquences de musiques. [1]

Par sa sonorité provoque soit une sensation de malaise, d’angoisse et de vertiges :

 

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=AVBIziFmMmk&feature=youtu.be

 

Soit une sensation de bien être et d’harmonie avec paix et joie intérieure, en harmonisant les deux hémisphères de notre cerveau :

 

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=faWCDdMYw4c&feature=youtu.be

 

 

Dans notre corps, la science utilise beaucoup de méthodes pour mesurer les fréquences que nous émettons et notamment au niveau cérébral :

  • Electro-encéphalogramme
  • Rythme cardiaque
  • Tension artérielle
  • Tension musculaire
  • Température de la peau
  • Test de l’attention.

 

La fréquence est comme pour les émissions de radios, une émission d’ondes qui permet de recevoir une information.

 

On divise les ondes cérébrales en 5 catégories, selon leur niveau de fréquence.

 

Ces ondes émises à des fréquences différentes dans notre cerveau, nous permettent donc de recevoir des informations différentes pour notre corps.

  • Ondes Gamma
  • Ondes Beta
  • Ondes Alpha
  • Ondes Theta
  • Ondes Delta

 

1- Ondes Gamma :

Elles ont une fréquence en 50 et 100Hz. C’est la plus haute fréquence que peut émettre (à ce jour découvert) notre cerveau.

C’est un état de pleine conscience.

Cette fréquence permet (grâce aux expériences faites sur des singes, en observant les vibrations qu’ils émettaient en fonction des sollicitations proposées), la cognition, soit la capacité d’apprentissage, et la conscience des événements et des objets qui nous entourent , de traiter l’information reçue et le stockage de cette information dans notre mémoire.

 

Les ondes Gamma favorisent :

  • La créativité
  • Le dynamisme mental
  • L’attention et la coordination
  • Le développement du potentiel cérébral
  • La suppression des blocages psychologiques.

 

Stimuler nos ondes Gamma permet d’améliorer toutes ces capacités (expérience réalisée sur des enfants de 6 à 17 ans et qui ont vus leurs résultats scolaires s’améliorer).

 

Pour ce faire voici un lien qui permet cette stimulation grâce à une musique émettant cette fréquence :

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=smnFGMjGFP4

 

2- Ondes Beta :

Elles ont une fréquence entre 12 et 27 Hz. Ce sont aussi des ondes de pleine conscience.

Ces ondes sont présentes quand nous sommes dans un parfait état d’éveil et en pleine possession de nos moyens (physiques et psychologiques). C’est l’état mental dans lequel nous sommes en journée.

Elles sont directement liées à ce que nous sommes en train de faire, de penser, ou de ressentir.

Un manque d’activité de ces ondes peut provoquer des troubles émotionnels pouvant aller jusqu’à la dépression, l’insomnie ou l’hyperactivité.

Elles peuvent être aussi liés à des états d’excitation forte. Certains médicaments réduisant l’hyper activité, mettent le cerveau sur la fréquence Beta.

 

Leur stimulation améliore :

  • La concentration
  • L’apprentissage
  • La mémorisation
  • La résolution de problèmes
  • Le passage à l’action
  • La réduction de l’état de fatigue

 

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=HA6nSQawROM

 

3- Les ondes Alpha :

Elles ont une fréquence entre 8 et 12 Hz. Elles sont émises quand nous sommes éveillés et détendus.

Un état de détente et de calme intérieur génère des ondes Alpha. Elles peuvent donner une sensation de flottement.

Elles sont révélatrices d’un état d’esprit créatif.

 

Ces ondes réduisent :

  • Le stress et l’anxiété
  • Soulage les douleurs
  • Améliore la mémoire

 

Elles favorisent :

  • La relaxation
  • La détente
  • Les pensées calmes et positives
  • La visualisation mentale
  • Le soulagement des douleurs (chronique ou passagères)

 

Cette fréquence est atteinte en état méditatif. Dès que nous fermons les yeux les ondes Alpha apparaissent t commencent à se répandre dans le cortex cérébral.

 

Ce mécanisme de détente fait aussi partie du processus de relaxation avant l’endormissement.

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=5VI78Q27RaI

 

4- Les ondes Theta

Elles ont une fréquence entre 3 et 8 Hz. Elles sont émises quand nous sommes détendus et en état de sommeil léger.

Elles sont liées à la relaxation et aux premiers stades de sommeil.

 

Elles favorisent :

  • La méditation profonde
  • Les rêves
  • L’état hypnotique
  • La diminution du stress et de l’anxiété
  • La maîtrise des peurs et des réactions émotionnelles excessives

 

La stimulation de ces ondes nous mettent dans un état d’hypnose qui permet de réduire l’anxiété, mais permettent aussi une meilleure plasticité cérébrale, un meilleur sommeil. Leur émission correspondant à l’état 1 du sommeil, dit sommeil léger.

 

Un état méditatif zen permet l’émission de ces ondes Theta.

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=z8T0sq4cdSc

 

5- Les ondes Delta :

Elles ont une fréquence entre 0.2 et 3 Hz. Elles sont émises quand nous sommes en état de sommeil profond.

Elles sont émises aux stades 3 et 4 du sommeil.

 

La stimulation par ces ondes de très basses fréquences ont permis de constater une amélioration :

  • Des migraines (14 migraines sur 15 après une stimulation de 5 minutes)
  • De l’anxiété (+26.3% d’amélioration)
  • Une meilleure qualité de sommeil et une réduction sensible de la sensation de fatigue.
  • Une augmentation du système immunitaire
  • La récupération mentale et physique

 

Stimuler ces ondes quand nous sommes éveillés a montré des avantages supplémentaires de détente et de relaxation et le soulagement de certains types de douleurs.

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=yb5mIZm5bcQ

 

Conclusion :

La découverte des ondes cérébrales est assez récente, toutefois l’entrainement du cerveau existe au travers des chants, de la musique, des tambours depuis des millénaires.

Les scientifiques tels que Tesla ont montré que tout est vibration et que tout ce qui nous entoure est énergie vibratoire.

 

Pour aller plus loin :

Il existe sur internet des musiques qui permettent de se mettre sur différentes fréquences et que j’utilise quand je ressens le besoin de ré-harmoniser mon corps et mon cerveau.

Grâce à la fréquence d’une musique, il est possible de se mettre en résonance avec nos cellules et de permettre ainsi une sécrétion hormonale apaisante et relaxante ou stimulante en fonction de nos besoins du moment.

 

Une expérience sur les végétaux avait montré que la musique de Mozart accélérait la croissance des plantes qui « l’écoutait » vibratoirement bien sûr.

Il en est de même pour nous. En nous branchant sur les différentes fréquences vibratoires de notre corps, nous changeons notre chimie intérieure.

 

Une musique comme celle, ci-dessous, qui émet une musique à une fréquence de 432Hz, va permettre la sécrétion d’endorphine, et de sérotonine, et ainsi diminuer le stress et l’anxiété.

 

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=5Fq1Q-jGw08

Cette fréquence de 432Hz étant celle de notre planète.

 

Il existe des fréquences encore plus hautes comme celle de l’amour par exemple qui nous fait vibrer à 528Hz quand nous sommes dans un état d’amour, et influence là encore notre chimie interne. C’est une fréquence qui a une véritable influence sur nos cellules et notre ADN.

 

                Lien : https://www.youtube.com/watch?v=SNykLYJYles

 

Bonnes Résonances et bien-être à vous.

 

Ref :
[1] Alex michel : tout savoir sur les ondes cérébrales – pouvoir énergétique – les fréquences sacrées
Categories
Alimentation

Un hiver avec vitalité et énergie sans surpoids

L’hiver est le temps du réconfort, de la bonne nourriture, du contact avec une main bienveillante et d’une conversation près du feu : il est le temps de la maison.

Edith Sitwell

 

Avec l’arrivée de l’hiver et des fêtes de fin d’année, il est difficile de rester en forme. Plutôt envie de rester au chaud au coin du feu, de grignoter pour se faire du bien ou encore de profiter des fêtes et de ses repas en famille sans limites.

Ceci a souvent pour conséquences, des infections, des rhumes, ….. et quelques kilos en plus sur la balance.

Pour vous aider à passer un hiver avec sérénité et vitalité, voici mes astuces :

 

Astuce numéro 1 : Manger des protéines

Les protéines ne sont pas stockées par notre organisme et il est donc nécessaire d’en apporter suffisamment à notre corps en prenant des protéines de très bonne qualité.

En quantité suffisante et qui respecte l’environnement tant de l’animal que du végétal. En effet, il n’est pas nécessaire de se gaver de protéines pour garder la ligne. Au contraire cela fatigue et encrasse le corps quand elles sont consommées en excès.

Longue à digérer, elles permettent une meilleure satiété et boost le métabolisme en prenant soin de votre système immunitaire.

 

Astuce numéro 2 : Eviter de terminer son assiette à tout prix

Nous jetons en moyenne 20 kilos de déchets alimentaires par personne et par an.

Manger en trop grande quantité, en plus de faire grossir, oblige l’organisme à amener plus d’énergie sur la digestion ce qui au début de l’hiver empêche l’organisme de mettre son énergie sur la défense des infections.

Prévoir ses menus pour éviter le gaspillage et surtout la bonne quantité dans l’assiette permet de lutter contre le surpoids et le gaspillage.

 

 

Astuce numéro 3  : Manger des amandes

Excellente pour apporter de la satiété et grâce à ces micronutriments et une meilleure défense de notre organisme. Toutefois en petite quantité, et sans grignotage permanent.

Riche en fibres et en protéines rassasiantes, anti-cholestérol, plein de micronutriments :

  • calcium
  • magnésium
  • vitamine E, elles sont plus intéressantes que des chips ou petits gâteaux.

Toutefois elles renferment 50 % de lipides il est donc conseillé de ne pas dépasser 20 à 30 grammes par jour.

 

Astuce numéro 4 : Manger plus qu’une salade au déjeuner 

On croit bien faire en prenant une salade plutôt qu’un repas mais l’intérêt n’est pas si évident.

Les salades peuvent être pauvre en féculents ou en protéines et donc peu rassasiantes.

Cela peut entraîner un grignotage 2h après le repas

Il est donc préférable d’équilibrer son repas avec un mélange légumes(crus et cuits)/ féculents et une protéine.

Ce qui évitera baisse d’énergie et du système immunitaire.

 

 Astuce numéro 5 : Eviter les produits transformés 

Même s’ils facilitent la vie, ils sont plus riches en sucre, en gras, en additif et en sel.

Composants qui amènent ;

  • surpoids
  • rétention d’eau
  • encrasse l’organisme et ont donc un impact néfaste sur le système immunitaire.

 

Astuce numéro 6 : Eviter les produits allégés 

Les produits allégés souvent trop dépourvus de matières grasses sont enrichis en sucre. Ils sont nettement plus acides et contiennent souvent plus d’additif.

Conséquences on a tendance à en manger deux fois plus pour se rassasier et leur digestion devient difficile du fait de leur acidité.

Cette acidité encrasse l’organisme et diminue le système immunitaire ce qui rend le terrain plus propice à la propagation des bactéries.

 

 

Astuces numéro 7 : Eviter des sodas light

Quand on boit un soda light le cerveau enregistre la saveur sucrée.

Mais comme il n’y a rien qui arrive dans le sang, une envie de sucre apparaît une heure après. Ceci entraîne des variations d’hyper et hypoglycémies successives qui épuise le pancréas et le système immunitaire.

 

Boire ce type de boisson entretien l’attirance pour le sucre et des études ont montré qu’elles augmentent le risque de diabète.

L’acidité des sodas en règle générale favorise là encore un terrain propice aux infections et une baisse du système immunitaire.

 

 

Astuce numéro 8 : Espacer les repas festifs

 

Les fêtes de fin d’année approchent et avec elles leur cortège de repas qui se succèdent sur une semaine.

Cette succession, plus l’effet groupe augmente automatiquement les quantités dans l’assiette qui entraîne souvent une prise de poids pendant les fêtes et également une recrudescence des rhumes, gastro et autres maladies infectieuses.

 

Maladies souvent associées à la saison, mais les gros repas fatiguent aussi l’organisme et favorisent le développement bactérien cause plus juste de ces infections par chute de vitalité du système immunitaire.

 

 

Astuce numéro 9 : Sauter un déjeuner avant un gros dîner 

Même si on est invité pour un gros dîner il est important pour ne pas risquer de compenser et de manger plus, de prendre un déjeuner léger.

Prendre son déjeuner normalement permettra d’éviter une surcharge au dîner avec une digestion plus lourde dans la nuit source de fatigue et de baisse d’énergie.

Mieux vaut dans ce cas, éviter le petit déjeuner du lendemain matin pour laisser le temps au corps de finir cette digestion plus importante que d’habitude.

 

Astuce numéro 10 : Ne pas dormir suffisamment 

Le manque de sommeil favorise le surpoids par augmentation de sécrétion de la ghreline,  hormone de l’appétit et moins de leptine hormone de la satiété.

Il est donc important d’avoir au moins 7 heures de sommeil.

Il est possible de compléter avec des micro-sieste de 10 minutes.

 

 

Astuce numéro 11 :  Expérimenter et ne pas croire tout ce qu’on vous dit

On se laisse facilement influencer par les messages publicitaires, les bons conseils des amis, le dernier régime à la mode où ce qu’on lit dans un article blog ( même le mien que vous êtes en train de lire),

Toute personne étant unique ce qui marche avec l’un(e) peut ne pas forcément marcher avec l’autre.

 

Notre corps sait se faire comprendre, il est donc important d’être à son écoute et à l’écoute des sensations que nous procure les aliments.

 

Si la prise de tel aliment nous ballonne ou cet autre nous fait prendre du poids ou cet autre nous épuise car trop dur à digérer, il est important d’écouter ses sensations et de les bannir de notre alimentation ou peut être de le manger différemment.

 

Un bilan alimentaire peut aider à déterminer ces troubles et leurs causes.

Bon appétit et très bon hiver

 

 

Categories
Alimentation Emotions

La fatigue : en sortir grâce à l’alimentation

Pourquoi l’alimentation vous fatigue ?

Quelles conséquences l’alimentation a sur la fatigue ?

Quelle alimentation adopter pour sortir de la fatigue ?

 

« rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »
                                                                   Lavoisier

 

La fatigue est l’une des consultations les plus fréquentes chez les généralistes.

La fatigue entraine beaucoup de symptômes et de conséquences néfastes sur votre corps et vos émotions.

Heureusement, il existe des moyens pour sortir de la fatigue afin de retrouver énergie et joie de vivre.

Je vais explorer avec vous les 3 paramètres majeurs de la fatigue avec leurs conséquences et les solutions bien être pour vivre avec forme et sérénité.

 

CAUSE n°1 : L’alimentation stressante  facteur de fatigue

 

En 40 ans nos assiettes ont perdues par an : 12kg de légumes – 8kg de fruits.

Et ont surtout gagnées : 40 à 70kg de sucre avec les conséquences que l’on sait sur les maladies dites de civilisations (diabète, obésité, agressivité, dépression).

 

 

Mais également avec le développement de l’agro alimentaire nos aliments n’ont plus la richesse et la variété en vitamines – minéraux et oligo-éléments  (60% en moins par rapport à l’alimentation bio ou raisonnée), nécessaires au bon équilibre de notre énergie et de notre vitalité.

De plus, l’estomac permet la fabrication de 20 neurotransmetteurs qui ont pour rôle de procurer à notre cerveau ; l’énergie, la méthode, la sociabilité et la force de surmonter le stress de la vie.

En voici 4 principales :

  • La dopamine qui apporte l’énergie.
  • L’acetylcholine qui contribue à notre mémoire
  • Le GABA (acide-gamma- aminobutyrique) qui amène, stabilité, équilibre et endurance.
  • La sérotonine garante de notre joie de vivre.

 

Conséquences de la fatigue sur notre corps :

Une alimentation inadaptée donne un corps moins bien nourrit et un processus inflammatoire chronique s’installe, ce qui entraine :

  • Stress oxydatif au niveau cellulaire.
  • Terrain acide
  • Épuisement des réserves du corps
  • Emonctoires saturés 
  • Mauvais fonctionnement du tube digestif
  • Surcharge du foie 
  • Maladies auto immune (crohn)
  • Insomnie par surcharge des toxines.

Mais le premier signe de ce déséquilibre c’est la fatigue chronique.

Comment sortir de la fatigue alimentaire ?

  • Choisir des aliments frais de saisons bios de locaux de préférence.
  • Augmenter sa consommation de légumes
  • Diminuer sa consommation de produits à base de sucre (féculents raffinés notamment)
  • Prendre le temps de manger avec une bonne mastication
  • De partager ses repas dans le calme, la joie, sans pollution extérieure (TV, infos etc…)

 

 

 

 

Tout ce que nous faisons de bénéfique à notre corps et notre psychisme a une répercussion globale sur notre bien être et notre santé.

A bientôt pour la suite des 3 facteurs principaux de fatigue.

 

Categories
Emotions

Symbolique de vos douleurs : des mots sur les maux (suite)

Que vous dit votre corps quand vous avez des douleurs ?

Votre corps vous parle avec son langage bien à lui et le comprendre n’est pas toujours chose facile.

Dans ce 2ème article sur la symbolique de la douleur, je vous propose d’explorer ce que votre corps a à vous dire.

LES MEMBRES SUPÉRIEURS

I- Symbolique Yin – Yang

Symbolique du Yin   :     

La droite est yin. Toutefois en médecine traditionnelle chinoise, des variations apparaissent en fonction du haut et du bas du corps.

Nous garderons donc simplement le principe YIN = DROIT

Au niveau physique : L’eau – La terre – Le concret – La matière – La substance – Le profond – Le froid. Ce qui amène à l’ossature – Le squelette – La moelle.

Au niveau émotionnel : Le féminin – L’affectif – Le sentiment – Le secret – La structure des choses ou de soi-même – Le mou : viscère et organe par exemple – Ce qui nourrit – La douceur.

Au niveau mental  : Le cerveau droit – La famille – La société – Le négatif – Les idées noires.

Au niveau spirituel : L’intuition – La réception – La lune – L’hiver – L’espace – Les idées.

Symbolique du Yang   :   

De même pour le yang, nous gardons le principe YANG = GAUCHE

Au niveau physique : Le feu, ce qui amène le sang – La surface, ce qui amène la peau.

Au niveau émotionnel : Le masculin – La force – L’action instinctive – L’apparence – L’enthousiasme .

Au niveau mental : La personnalité – Le cerveau gauche – L’action – La réflexion – L’analyse.

Au niveau spirituel  : Le soleil – l’été – Le positif – Le temps – L’impermanence.

II- Les douleurs au niveau des membres supérieurs :

Les bras et avant bras sont attachés au niveau des épaules et ont une mobilité très grande d’amplitude pour enserrer, saisir, prendre, câliner ou au contraire étouffer.

Ils sont vecteur d’action mais aussi de puissance pour combattre ou se défendre donc de choix dans l’action.

De passer de la conception (idée Yin) à la mise dans la matière par l’action (yang).

Les douleurs dans les membres supérieurs expriment des conflits entre ce que nous souhaitons vivre et ce que nous voudrions réaliser dans le monde extérieur. Ou encore un excès de volonté dans l’action pour garder le contrôle.

 Le cou :

A la sortie du cerveau tous les nerfs passent par le cou pour aller ensuite informer les membres supérieurs, inférieurs et les organes.

La nuque est une jonction entre la conceptualisation (cerveau) et l’action physique dans le réel.

Elle est aussi le siège de nos cordes vocales qui amène à la communication et de la thyroïde  qui marque le lien entre les racines profondes de l’individu qui nourrissent ses désirs et sa réalisation.

Les douleurs du cou:

Les douleurs du cou et de la nuque expriment la difficulté à transformer nos envies et les réaliser.

Ces difficultés étant le reflet de nos croyances  » je ne suis pas capable de … » – « Je n’y arriverai pas… »

Une douleur de la nuque qui irradie vers l’épaule, nous ramène à notre incapacité par rapport à l’autre et à l’extérieur.

Les tensions à ce niveau expriment nos problématiques en terme de communications – de notre impuissance à agir ou la contrainte d’accepter une situation par notre incapacité à dire NON.

L’épaule :

L’épaule est le pendant de la hanche pour les membres supérieurs. C’est la base et le point de départ du bras.

Elles représente nos intentions et des gestes à faire. Nos envies profondes d’agir. Et tout ce qui contrariera cette envie aura une répercussion sur les tensions au niveau des épaules.

Les douleurs de l’épaule :

Les douleurs vont donc exprimer nos mouvements empêchés ou gestes que nous ne pouvons réaliser.

Les bras étant comme des ailes pour les oiseaux et les épaules le point d’insertion, tout impossibilité ou difficulté d’action aura comme symbolique les ailes coupées…Donc ne pas pouvoir voler (agir).

En fonction du côté nous sommes dans un conflit d’être emprisonné, ou impuissance à agir ou de na pas être épaulé en ayant été trop souple ou complaisant par rapport à l’autre dans l’action.

 Le bras : 

C’est la partie entre l’articulation de l’épaule et le coude. L’humérus qui représente la condition noble et seule digne d’être vécue.

Le bras est la puissance et l’humanité dans son développement intérieur et spirituel.

Notre capacité à se sentir digne ou indigne dans le manifesté, avec sentiment de dévalorisation dans l’image sociale et en particulier dans le lien affectif entre parent – enfant (je suis mère indigne ou enfant non digne de sa mère).

Les douleurs du bras :

Ramène encore à la difficulté d’exprimer sa puissance dans l’action par sentiment d’indignité familiale et filiale.

Ce qui entraine le sentiment d’échec et de non réalisation de soi.

Par ce sentiment d’aile coupé, se rapprocher d’avoir été trop couvé et ne pas avoir appris à voler de ses propres ailes, donc à mettre ses rêves en actions.

D’avoir accepté les désirs « parentaux ou éducatifs » au détriment de ses envies profondes.

Le coude :

2ème articulation du bras est le pendant du genou pour le membre supérieur.

Va montrer la difficulté à déployer ses ailes ou au contraire de vouloir trop les garder ouverte sans souplesse intérieure, donc de ne pas lâcher prise sur ces volontés ou au contraire de manquer de volonté.

Le coude ou coudée (mesure ancienne de 50 cm) exprime le périmètre de sécurité souhaitable autour de nous.

  • Avoir les coudées franches : Avoir sa liberté de mouvement, être libre.

Les douleurs du coude :

Difficulté à avoir sa liberté de mouvement notamment dans le travail.

Faire un travail qui ne nous correspond pas et que nous avons du mal à accepté.

Vient nous parler des conflits avec les collatéraux sur le même niveau de pouvoir (fratrie – collègues – conjoint – amis)

 L’avant bras :

2ème partie du membre supérieur. Constitué de deux os le radius et le cubitus. Il s’articule entre le coude et le poignet avec une grande amplitude de rotation donc de notre capacité à poser des limites et à dire stop.

Les douleurs de l’avant-bras :

Difficulté à réaliser ses projets et ses désirs – A changer ses habitudes et à accepter la nouveauté.

Difficulté à ouvrir ses bras pour accueillir l’autre et s’ouvrir à l’autre et à l’amour – A s’affirmer.

De se donner les moyens de réaliser et mettre en action dans le concret nos projets.

Le poignet :

Grâce à son articulation avec le radius et le cubitus; eux-mêmes reliés au coude, le poignet bénéficie d’une grande amplitude de mouvement dans tous les plans de l’espace.

Il transmet l’information entre la conceptualisation et la réalisation au niveau de la main dans l’action.

Il représente par son mouvement souple, la souplesse de nos actions et de idéaux.

Les douleurs du poignet :

Difficulté dans l’exécution d’un travail, le manque de souplesse de nos idées dans nos actions.

Sensation de vigilance extrême pour se sentir en sécurité quand trop de rigidité. De notre excès de volonté et de pouvoir sur l’extérieur et de nous empêcher d’agir ou au contraire dans un excès d’action rigide.

  • Je dois y arriver par la force du poignet : par mes seuls forces en faisant des efforts.

Et à l’inverse d’abdication et d’abandon quand poignet trop mou et manquant de force ou trop de laxité articulaire.

La main :

Au bout de notre poignet se trouve la main. C’est l’outil majeure de nos actions fines et délicates.

Les mains exécutent aussi les basses besognes et corvées difficiles, les actions répétitives.

Les mains ouvertes sont signes d’alliance, de paix et de non-agression à l’autre.

Elle signe les pactes d’alliance et d’amitié par la poignée de main et invite nos intentions dans la manifestation. (

Outils de communication ; agitation de la main pour saluer, exprimer un sentiment de reconnaissance ou de paix. Langage des muets ou gestes des mains dans les dialogues qui appuis les propos et la volonté d’expression de ses propos.

Les douleurs de la main :

Elles vont exprimer notre difficulté dans l’exécution d’un travail en désaccord avec notre volonté. Travail obligé en opposition au travail désiré ou œuvre d’art rêvée.

Les tensions vont aussi parler de vouloir garder, saisir et posséder.

Avoir les mains toujours en mouvement l’une contre l’autre exprime les peurs larvées et l’incapacité d’agir et de réaliser en accord avec la volonté et le monde extérieur.

Les doigts:

Ils sont l’expression de nos actions fines.

  • Avoir du doigté : de la finesse dans l’action.

Ils représente notre savoir faire, notre habileté d’action.

Pour un droitier, la main droite va être en rapport avec une action dans l’affectif. La main gauche va représenté un danger dans l’action. (et inversement pour les gauchers).

Quand j’étais enfant mon père nommait les doigts en fonction de ministre :

  • Ministre des transports : le pouce.
  • Ministre de la justice : l’index
  • Ministre de l’intérieur : le majeur
  • Ministre des affaires étrangères : l’annulaire (alliance)
  • Ministre des travaux publics : l’auriculaire (oreille)

La MTC, nous montre que ces fonctions populaires transmises de génération en génération ont leur raison d’être.

Le pouce  :

En médecine traditionnelle chinoise il est relié au méridien du poumon et représente la protection, la défense mais aussi la tristesse.

C’est le doigt que l’on met en bouche. Un bébé qui suce son pouce exprime son besoin de protection du monde extérieure mais aussi son besoin de réconfort.

Il est le doigt en rapport avec le travail « alimentaire » donc pas nécessairement désiré ou forcé.

L’index  :

Dans la médecine traditionnelle chinoise, il est relié au gros intestin.

C’est le doigt de la justice et de la justesse par rapport au monde extérieur.

C’est aussi le doigt qui ordonne et qui évacue (les crottes de nez) les déchets.

Il représente l’ordre, l’autorité, le jugement, l’accusation. Egalement la direction à prendre.

Une douleur va donc indiquer d’évacuer ce qui dérange en soi, dans le jugement, l’autorité et la justice. D’éliminer toute menace et de prendre sa propre direction sans excès d’autorité.

Le majeur  :

Il permet le toucher fin, la profondeur. C’est le doigt qui va aussi explorer le toucher sexuel (anal) et l’ouverture à l’amour.

En médecine traditionnelle chinoise, il est relié au maitre cœur.

Mon père l’appelait le ministre de l’intérieur et effectivement représente la satisfaction ou l’insatisfaction en cas de douleurs.

  • Toucher du doigt : c’est approcher de la solution (le majeur étant le plus long est celui qui touche en 1er)

L’annulaire : 

En médecine traditionnelle chinoise il est relié au triple réchauffeur.

C’est le doigt de l’alliance, de l’union, du couple, de l’amour.

  • Se mettre le doigt dans l’œil : c’est la désillusion.

Il est aussi relié à la vue, à l’esthétisme et aux différents point de vue.

Il nous parle de cohérence, de cohésion.

L’auriculaire :

En médecine traditionnelle chinoise il est relié au méridien du cœur et de l’intestin grêle.

Il est aussi en rapport avec l’ouïe, l’oreille, l’audition, l’entendement.

  • Mon petit doigt m’a dit : révélation du secret.

Il fait aussi référence à la superficialité et aux apparences (petit doigt levé en buvant du thé) dans une notion de jeu de rôle.

Sources :
  • Dis-moi où tu as mal, je te dirais pourquoi : Michel Odoul.
  • Le langage émotionnel du corps : Roger Fiammetti
  • Le biodico : Bernard Thion
  • Les 5 Blessures de l’âme : Louise Bourbeau

Pour en savoir plus :

https://www.corinne-allemoz.fr/symbolique-organes-mots-maux/

Categories
Emotions

Symbolique de vos douleurs : des mots sur les maux.

Que vous dit votre corps quand vous avez des douleurs ?

Votre corps vous parle avec son langage bien à lui et le comprendre n’est pas toujours chose facile.

Dans ce 1er article sur la symbolique de la douleur, je vous propose d’explorer ce que votre corps a à vous dire.

LES MEMBRES INFÉRIEURS

I- Symbolique Yin – Yang

Symbolique du Yin   :     

La droite est yin. Toutefois en médecine traditionnelle chinoise, des variations apparaissent en fonction du haut et du bas du corps.

Nous garderons donc simplement le principe YIN = DROIT

Au niveau physique : L’eau – La terre – Le concret – La matière – La substance – Le profond – Le froid. Ce qui amène à l’ossature – Le squelette – La moelle.

Au niveau émotionnel : Le féminin – L’affectif – Le sentiment – Le secret – La structure des choses ou de soi-même – Le mou : viscère et organe par exemple – Ce qui nourrit – La douceur.

Au niveau mental  : Le cerveau droit – La famille – La société – Le négatif – Les idées noires.

Au niveau spirituel : L’intuition – La réception – La lune – L’hiver – L’espace – Les idées.

Symbolique du Yang   :   

De même pour le yang, nous gardons le principe YANG = GAUCHE

Au niveau physique : Le feu, ce qui amène le sang – La surface, ce qui amène la peau.

Au niveau émotionnel : Le masculin – La force – L’action instinctive – L’apparence – L’enthousiasme .

Au niveau mental : La personnalité – Le cerveau gauche – L’action – La réflexion – L’analyse.

Au niveau spirituel  : Le soleil – l’été – Le positif – Le temps – L’impermanence.

II- Les douleurs au niveau des membres inférieurs :

Les jambes ont pour rôle de nous permettre d’avancer ou de reculer. De se mettre en mouvement pour agir.

Les douleurs dans les jambes vont orientées vers le relationnel – l’autre et son ressenti et sa façon d’aborder sa relation à l’autre ou au monde.

La Hanche: 

La hanche est la base du membre inférieur et représente « la mère ».

Une douleur à la hanche sera à mettre en parallèle avec nos croyances inconscientes envers notre perception de notre relation à l’autre et au monde et comment cette perception viendra s’exprimer à ce niveau de façon somatique.

Douleur de la hanche: 

Les douleurs qu’elles soient tendineuses, articulaire ou arthrosique viennent remettre en cause nos croyances inconscientes.

La hanche va exprimer la dévalorisation dans l’opposition par incapacité à avancer ou reculer dans le conflit qui ne trouve pas de solution.

La hanche vient exprimer dans cette incapacité à agir, le sentiment de trahison ou d’abandon de soit ou de l’autre. A affiner en fonction du côté.

Ces deux blessures ayant trait au parent opposé (mère si on est un homme et père si nous sommes une femme).

 La cuisse, le fémur :

La cuisse se situe entre la hanche et le genou.

Douleur de la cuisse du fémur :

Les douleurs du fémur et de la cuisses, qu’elles soient musculaires ou fracture vont mettre en surface, ce qui n’est pas accepté dans l’inconscient.

Des choix de vie qui peuvent être acceptés dans le conscient (un déménagement par exemple) mais qui inconsciemment est perçu comme une défaite ou une perte de pouvoir, peut entrainer une chute avec fracture au niveau fémoral.

Vouloir rester dans sa position, tout en étant obligé de céder à l’autre et de ne pouvoir résister à la force de l’autre.

Ce qui au plus profond de soi n’est pas accepté.

Le genou: 

2ème articulation du membre inférieur.

Le genou permet de fléchir ou de se mettre à genou.

Il exprime le faite de ployer, et invite à l’humilité.

Devant quoi ne veut-on pas plier face à l’autre?

Il exprime le Je-Nous, conflit entre « je » et les autres.

Il représente notre force intérieure d’acceptation.

Il vient nous parler de l’obéissance, de la soumission dans son expression négative, ou de devoir obéir à l’autre par obligation.

Il invite au lâcher prise, de l’individuel au service du collectif.

Douleur du genou:

Quand la douleur au genou apparait, il est toujours interressant de comprendre comment une situation nous montre notre difficulté à l’acceptation de ce qui est. Conflit intérieur face à une situation extérieure.

Que cette situation soit envers l’autre dans le relationnel ou face à un ordre supérieur (loi – règle – spirituel).

Chercher aussi une mémoire d’un sacrifice familial (connu ou inconscient) lié aux émotions.

Le mollet, le tibia et le péroné :

2ème axe du membre inférieur dans sa partie basse.

Il est entre le genou et la cheville.

La cheville nous invitant à la prise de décision. Une entorse étant symbolique de vouloir aller dans deux directions opposées (décision consciente et non acceptation inconsciente en rapport avec les croyances).

Quand une situation vécue dans le réel est acceptée (genou), il y a l’intégration (tibia) pour la mettre en action (cheville).

Ce cheminement peut s’avérer compliqué et entrainer les tensions dans les mollets ou fracture du tibia.

Douleur du mollet , du tibia ou du péroné :

Dans la vie il y a beaucoup de changements. ceux qui seront compliqués pourront entrainer des douleurs ou des tension au niveau de la jambe.

Changer d’habitat, de point de vu, d’opinion, de conception du monde et de perception à mettre dans le concret.

Le pied : 

Le pied est ce qui nous tient debout. Il supporte tout notre corps et permet le déplacement. C’est par les pieds que notre triangle de proprioception nous permet de tenir debout en corrigeant notre statique en permanence.

Il est le manifeste de nos positions par rapport au monde extérieur. Notre volonté, notre idéal et désir de reconnaissance.

Il est aussi symbole de notre liberté et notre capacité à vivre selon cette liberté intérieure qui nous caractérise.

Il nous met également en contact avec la terre nourricière (mère) et vibrera en fonction de nos conflits avec la mère (réelle ou symbolique).

Douleur de pied : 

Beaucoup d’expressions populaires, nous donnent l’expression de nos tensions au niveau des pieds.

  • Être bête comme ses pieds : être bête.
  • Faire quelque chose comme un pied : Imbécilité.
  • Casser les pieds : ennuyer quelqu’un.
  • Ne pas savoir sur quel pied danser : indécision – contenance – direction à prendre.
  • Être dans ses petits souliers : Manque d’affirmation – peur de…

Ces expressions parlent de positionnement entre Soi et le monde. De nos peurs par manque de stabilité ou de sécurité.

Les orteils : 

Les orteils sont au bout de nos pieds. Ils sont au bout, donc finissent et expriment l’autonomie dans nos relations et du détachement à ce qui nous nourrit.

Ils invitent à prendre notre responsabilité, notre dimension adulte.

Chaque orteil ayant une sous dimension.

Douleur des orteils :

  • Douleur du gros orteil 

C’est l’orteil qui permet la propulsion du pas.

Il représente la volonté – l’égo – ce que nous sommes dans notre caractéristique.

Les douleurs expriment notre incapacité à faire preuve de notre volonté ou d’être obliger d’obéir à la mère ou autorité maternelle.

A la perte de notre capacité ou valeur féminisme (ménopause)

  • Douleur du deuxième orteil  :

Il gère notre rapport à la digestion et vient nous parler de notre difficulté à gérer les problèmes.

Des douleurs à ce niveau nous invitent à nous décharger de tout ce que nous stockons d’indigeste dans les situations.

  • Douleur du troisième orteil  :

Il nous parle d’équilibre émotionnel et de nos difficultés relationnelles – sentiment de ne pas être aimé – de sexualité en incohérence et de jalousie.

  • Douleur du quatrième orteil  :

Il vient toucher ce qui est injuste dans nos relations – Nos rancœurs – L’excès de perfectionnisme.

  • Douleur du petit orteil :

En lien avec la vessie, il va nous parler de territoire – d’habitudes – de schémas répétitifs.

III- Conclusion

Les membres inférieurs sont donc le reflet de notre relationnel à l’autre et au monde.

Ils nous parlent de nos peurs, de notre capacité ou incapacité à agir entre nos désirs intérieurs et la mise en action à l’extérieur.

De passer du Yin au Yang.. Des idées à la concrétisation. De notre positionnement entre notre volonté (égo) et notre être (âme)

Sources :
  • Dis-moi où tu as mal, je te dirais pourquoi : Michel Odoul.
  • Le langage émotionnel du corps : Roger Fiammetti
  • Le biodico : Bernard Thion
  • Les 5 Blessures de l’âme : Louise Bourbeau

Pour en savoir plus :

https://www.corinne-allemoz.fr/symbolique-de-vos-douleurs-mots-maux-suite/