Microbiote et émotions

” La sensation de plaisir ou de bonheur est une cascade de réactions biochimiques dans notre organisme “.
Tuvalu Noah Harari

 

Comment échangeons-nous notre microbiote avec les autres ?

Les humains partagent des moments de joies et de bonheur. Ils se touchent, se serrent la main, s’étreignent…
Tous ces comportements permettent aux bactéries qu’on a sur la peau, dans la bouche, sur les mains, dans nos organes ou sur nos organes sexuels, de circuler d’une personne à l’autre.

Lors d’un baiser, on échange 80 millions de bactéries, cela revient à assimiler le microbiote de l’autre pendant quelques instants et le rendre ainsi plus proche de soi. Ce processus d’échange par le baiser, associé à une émotion agréable, nous pousse à partager notre microbiote avec ceux dont nous voulons nous rapprocher.

 

Qu’est-ce que le microbiote ?

Le microbiote est composé de toute notre flore intestinale.

  • Microbiote de fermentation
  • Microbiote de putréfaction

On peut considérer que le microbiote est comme un organe à part entière. Il a une capacité gigantesque sur l’influence de la gestion de nos émotions, à tel point qu’on peut parler d’un axe cerveau/microbiote.

 

Le couple cerveau/microbiote est essentiel au développement neurologique.

 

Comment fonctionne l’axe cerveau/microbiote ?

Les deux organes communiquent par le système nerveux autonome :

  •          Le système autonome sympathique qui va du cerveau vers l’intestin,
  •          Le parasympathique qui va de l’intestin vers le cerveau.

Mais aussi par :

  •          le système immunitaire,
  •          le système sanguin,
  •          le système hormonal.

Certaines bactéries synthétisent des neurotransmetteurs servant de messagers au cerveau, pour réguler l’humeur :

  •          l’acétylcholine,
  •          la mélatonine,
  •          GABA,
  •          la catécholamine,
  •          l’histamine,
  •          la sérotonine.

Toutes capables d’agir directement sur le cerveau et la régulation des émotions.

Un microbiote déséquilibré entraîne une augmentation de la sécrétion de substance dans le système nerveux et provoque des réactions qui reflètent l’anxiété, la dépression et l’agression.

 

Comment les troubles intestinaux sont créés par nos émotions négatives et vice versa ?

Des chercheurs ont observé des personnes atteintes de divers troubles gastro-intestinaux. Ils ont remarqué que ces derniers étaient souvent associés à des émotions négatives chroniques, voire des traits de caractères névrotiques.

Les fonctions gastro-intestinales générales :

  • faim,
  • appétit,
  • satiété,
  • digestion,
  • absorption
  • et évacuation sont affectées par les émotions négatives.

Combien de fois, enfant, avons-nous eu mal au ventre avant un examen ou un contrôle ?
De même, adulte, quand quelque chose nous stresse ou nous angoisse, cela provoque aussi souvent :

  • des maux de ventre,
  • des brûlures d’estomac,
  • des nœuds à l’estomac,
  • des diarrhées ou constipation.

Les émotions négatives et une déficience du système de récompense du cerveau entrainent une cascade de réactions, avec émission de cortisol, hormone du stress qui provoque une dysbiose.

La dysbiose, provoquée par un déséquilibre des microbiotes pathogènes va faciliter la perte de l’intégrité du mucus intestinal et permettre l’entrée de toxines dans l’organisme.

Il est donc important de gérer ses émotions et son alimentation pour préserver la santé organique du corps et du microbiote.

 

Comment l’alimentation influe sur le microbiote et nos émotions ?

Une alimentation déséquilibrée,  va faire que certaines bactéries du microbiote se multiplient plus que d’autres et cela change nos attitudes comportementales.

Certains aliments comme :

– le sucre favorise le développement du champignon Candida Albicans perturbateur de notre microbiote et de notre humeur.

– l’excès de protéines favorise une multiplication de la flore de putréfaction qui a tendance à rendre agressif.

Il a été montré que ce déséquilibre entraine fatigue et agressivité.

Au contraire une alimentation saine, sera essentielle à notre bonne santé émotionnelle et à la diversité équilibrée du microbiote.

Les fibres ont un rôle important sur notre humeur, en diminuant la sécrétion de cortisol et en permettant un changement positif d’attitude plus sereine.

Les acides gras Oméga-3 pour leurs propriétés anti-inflammatoires et leur effet protecteur neurologique ainsi que la régulation des neurotransmetteurs.

L’alimentation a donc un rôle important pour réguler les différentes bactéries de notre microbiote, et par conséquent nos comportements et nos humeurs.

 

Conclusion 

Le microbiote dépend de nombreux facteurs :

  •          la génétique,
  •          la santé générale,
  •          le mode de naissance,
  •          l’environnement,
  •          l’alimentation.

Tous ces facteurs entrainent des conséquences sur les émotions.

La recherche scientifique entre le microbiote humain et l’incidence sur le cerveau en est à son début. Elle a démontré que les émotions négatives et une alimentation déséquilibrée entraine un stress, et que celui-ci, cumulé au stress environnemental, permet aux maladies de s’installer.

Travailler sur chacune de ces causes permet donc de retrouver santé et sérénité.

 

Extraits de microbiote et émotions du magazine néosanté par Yves Patte.

 

Vous souhaitez en parler ? je vous offre un appel découverte. -> Cliquez ici