LE CAFÉ VOUS BOOST OU VOUS ÉPUISE ?


Nous avons vus dans les articles précédents 3 grandes causes de la fatigue.

– L’alimentation

– Le stress

– Le temps

Il est un paramètre que je voudrais ajouter aujourd’hui….Un de nos comportements pour se booster.

LE CAFÉ

Régulièrement, des articles font l’apologie du café et de ses supposées vertus. On ne sait plus quoi penser…

Une chose est certaine, la caféine est loin d’être une molécule anodine et sa consommation n’est pas sans risque.

 

Qu’est ce que la caféine ?

La caféine est une molécule présente dans plus de soixante plantes, dont les grains de caféier, les bourgeons et feuilles de thé (sous le nom de théine), les fèves de cacao, les noix de kola, les graines de guarana et les feuilles de yerba maté. Elle est aussi synthétisée et incorporée dans des produits pharmaceutiques et certaines boissons gazeuses.

La caféine est une molécule de la famille des méthylxanthines découverte en 1819 par le chimiste allemand Friedrich Ferdinand Runge.

Une fois ingérée, la caféine passe dans le sang et atteint le cerveau en quelques minutes.

Elle stimule :

La production d’adrénaline (l’hormone du stress et de l’urgence) par les glandes surrénales, ce qui explique le pic d’énergie et l’augmentation du niveau d’attention après la consommation de caféine.

La production de dopamine (le neurotransmetteur de l’action). Ce qui explique que les personnes ayant des difficultés à « démarrer » le matin seront particulièrement « accros » à leur café du matin.

Elle court-circuite:

– L’action d’un neuromédiateur, l’adénosine.

 

 Qu’est-ce que l’adénosine ?

Il s’agit d’une substance chimique sécrétée par nos neurones qui va s’accumuler dans notre cerveau au cours de la journée.

Et c’est cette accumulation qui est responsable de cette sensation de fatigue et de l’envie de dormir en fin de journée.

L’adénosine permet donc de protéger le cerveau en ralentissant petit à petit son activité nerveuse et cérébrale et en le préparant à une période de repos et de récupération.

Pour jouer son rôle, l’adénosine doit se fixer sur des récepteurs dédiés. Il se trouve que la structure de la caféine contenue dans le café est très similaire à celle de l’adénosine.

Ceci permet à la caféine de se fixer sur les récepteurs à adénosine, et de bloquer l’action de l’adénosine. Mais comme ce n’est pas de l’adénosine, nous ne ressentons pas d’endormissement.

Cependant, les effets de la caféine ne sont que temporaires, et au bout de quelques heures, la fatigue réapparait, poussant à consommer une nouvelle tasse de café.

 

Les risques d’une consommation mal adaptée et/ou excessive 

La consommation régulière et/ou excessive de caféine n’est pas anodine pour le corps et peut présenter des risques sur la santé.

En cas de consommation importante de caféine, on ressent principalement des « symptômes » digestifs et nerveux :

  • La caféine stimule les sécrétions gastriques, ainsi que la motricité intestinale et est source d’acidose, ce qui entraine des troubles gastro-intestinaux divers (brûlures d’estomac, gastrites, nausées, alternance constipation/diarrhée…).
  • De nombreuses études ont montré que la caféine peut induire des perturbations psycho-comportementales parmi lesquelles : nervosité, irritabilité, anxiété.
  • Une étude réalisée par l’unité de neuropsycho-pharmacologie de Rouen a ainsi montré que des souris privées de récepteurs à adénosine étaient plus anxieuses et plus agressives que leurs congénères.
  • Troubles chroniques du sommeil, troubles cardio-vasculaires et toutes les pathologies liées à l’acidose, dont les pathologies inflammatoires vont être aussi le lot des consommateurs excessifs de café.

 

Quelle est votre sensibilité à la caféine ?

Ce qu’on ignore souvent, c’est que la sensibilité de la caféine est variable pour chaque individu. On distingue la sensibilité naturelle et la sensibilité due à l’utilisation de certains médicaments (certains antibiotiques et certains contraceptifs oraux gênent l’élimination de la caféine).

Pour certaines personnes, il leur sera fortement conseillé d’éviter la consommation de café ou d’autres boissons caféinées.

Pour d’autres, elles pourront en consommer de manière raisonnable et/ou occasionnelle.

Comme toujours, il est important d’établir un conseil individualisé à chacun.

 

Comment lutter contre la fatigue et booster son énergie « au naturel » ? 

La base : une hygiène de vie équilibrée.

Cette hygiène de vie repose sur les quatre grands piliers de la naturopathie, qui sont :

  • Une alimentation adaptée
  • La pratique régulière d’exercices physiques
  • Et l’adoption d’un rythme de vie qui intègre suffisamment de moments de repos et de récupération (sommeil, relaxation, pauses dans la journée…).
  • Une hygiène de pensée positive et zen pour regarder la vie avec sérénité.

 

Les cures à considérer

Nos vies modernes font qu’il est devenu quasiment indispensable d’avoir recours à de « petits coups de pouce » afin de prévenir ou combler des carences nutritionnelles et de booster son capital d’énergie.

– Cure de jus de légumes de saisons frais.

– Apport de protéines en quantité suffisante pour garder sa vitalité (sans entrer pour autant dans des excès inverses).

– Respecter son corps en étant à l’écoute de ses besoins en sommeil.

 

Les « réflexes » qui sauvent… pour éviter de se jeter sur un café ou des sucreries

– La respiration occupe une place de choix en tant que technique de santé. Pour bien effectuer leur travail, nos cellules ont besoin de nutriments, mais aussi d’oxygène.

Les nutriments sont apportés par l’alimentation, et l’oxygène par la respiration.

L’oxygène va permettre le catabolisme (dégradation) du glucose, afin de produire de l’énergie sous forme d’ATP (adénosine triphosphate). En résumé : pas d’énergie sans oxygène !

 

Où en est votre consommation ?

Si vous êtes consommateurs de café, je vous encourage vivement à faire le point sur votre consommation.

– Combien en consommez-vous ?

– Quelles sont vos sources (café – sodas – produits pharmaceutiques) ?

– S’agit-il d’une consommation occasionnelle associée à un moment de plaisir?

– S’agit-il d’une boisson dont vous ne pouvez plus vous passer et qui vous permet de cacher votre fatigue ?

 

Techniques pour arrêter le café :

– Un bon rythme de sommeil.

– Alimentation équilibrée – naturelle – mesurée – variée et digeste.

– Une activité physique régulière

– Respirations de détente et oxygénation de vos cellules.

A chaque sensation de fatigue, respirez profondément 3 fois – étirez-vous et buvez un grand verre d’eau.

Si votre corps réclame une boisson chaude, faites vous une tisane de plantes relaxantes.

 

 

Inspiré de l’article de Charlotte Raut, dans les cahiers de la bio-énergie (copmed)

Vous souhaitez en parler ? je vous offre un appel découverte. -> Cliquez ici